Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 14:16

  Ca y est, le projet de "semi-piétonnisation" du Vieux-Port a été présenté début décembre -  il était temps, il doit être livré en 2013, comme tout le reste d'ailleurs ! Au fait, vous avez remarqué ? Le préfixe "semi-" a fait son apparition en catimini (bien après les élections municipales bien sûr, où les deux candidats avaient juré sur la Bonne-Mère de réaliser une ... piétonnisation). Bon certes, ce n'était sans doute pas réaliste dans une ville, encore un peu trop jeune pour être propre (2600 ans à peine).

 

Petit détail surprenant, sur les projets finalistes, le projet local du cabinet Vezzoni présenté ci-dessous et plébiscité par le jury, n'est pas celui qui a été retenu (rarissime, mais pas illégal : dont acte). Voyons quand même ce que ça donnait en images : dommage, ça avait l'air plutôt joli, il faut l'avouer. Grandes esplanades, terrasses sous les arbres, ça avait de la gueule non ? Regardez quand même bien les trois images ci-dessous, interro' écrite dans 2 minutes !

Vieux-Port-CV (1)

Vieux-Port-CV (2)

Vieux-Port-CV (3)

 

Bref. On a donc voulu faire comme d'habitude, les malins donc, et retenir un projet de la superstar Norman Foster (concepteur entre autres du viaduc de Millau), qui n'est évidemment pas venu lui-même présenter son projet à des ploucs comme nous. Projet présenté ci-dessous ! Son porte-parole Michel Desvignes, paysagiste parisien, défendait récemment ce projet en parlant notamment de préserver la "mobilité du centre-ville" (et parlait ensuite de "parking voitures et autocars, activités nautiques" pour préciser sa pensée..).

 

Bref c'est çuilà qui a gagné. Ici, la grande idée est un glacis végétal pour recouvrir l'échangeur, priorité aux bus, réduction de 50 % du trafic, grands ou plutôt immenses trottoirs : des bonnes idées et plutôt de la gueule aussi pour ce projet exogène (même si les images sont plutôt moches), ne soyons pas mauvais joueurs ! Regardez quand même bien les trois images ci-dessous, interro' écrite dans 1 minutes !

 

Vieux-Port-NF (1)

Vieux-Port-NF (2)

Vieux-Port-NF (3)

 

Mèfi : Interro écrite !! (on vous a prévenuEs !). Eh oh, pas de panique, ça va être facile !

 

Enoncé :

 

1. Qu'est-ce qu'on ne voit sur aucun des 6 visuels présentant les deux projets ?

 

2. En déduire ce qu'aucun des deux projets n'a prévu.

 

3. Expliquer pourquoi.

 

4. Conclure.


Copies ramassées dans 5 minutes (et corrigé ci-dessous).

 

velomechant2 velomechant-australia

velochimique2-mortel

velomechant4

Corrigé de l'interro ! 

Ca a été ? Bah oui, vous avez vu, c'était pas si terrible...

 

1. Ce qu'on ne voit sur aucun des 6 visuels, c'est un vélo, et à plus forte raison unE cycliste dessus ! Même pas une de ces saloperies de VNPD de chez Decaux !... Mais peut-être a-t-on prévu de les enlever à cette occasion ? Ce bon m'sieu Decaux est au courant ?

 

2. Ce qui n'a donc pas été prévu, c'est des pistes cyclables, que ce soit dans le "valeureux petit projet" de la marseillaise (un peu niaïe sans doute ?) ou dans le "lâche gros projet" du ricain (un peu couillon apparemment ?) : Pareil, kif kif ! Qu'ils aillent donc également se jeter dans le Vieux Port, cette brave madame Vezzoni ou ce bon Monsieur Foster, et leur grosses bagnoles d'architectes avec eux !

 

3. La raison est simple pour ceux qui lisent ce blog : aucun édile marseillais ne comprend rien ni au vélo, ni à son intérêt, ni à la façon dont on le développe, c'est à dire en créant de l'offre de circulation viable et sécure. On est encore une fois dans un "Syndrôme Canebière" : si je fais des trottoirs/glacis/promenade... assez larges, y'a la place pour tout le monde, les vélos n'ont qu'à se faufiler !

Et comme d'habitude, au ralenti, sans déranger ni effrayer les piétons.  Déjà que ces emmerdeurs roulants refusent, on se demande bien pourquoi, de risquer leur vie dans la voie unique pour les voitures qui leur reste... 

Résultat prévisible et certifié par le CCE : les cyclistes seront ralentiEs, les piétonNEs seront emmerdéEs, il y aura des collisions, des gadins, et des engueulades pour tout le monde : la routine.  Espace partagé, LE concept unique à Marseille, remember ?

 

 4. Conclusion : Monsieur Eugène CASELLI, Président de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, est en matière d'aménagement urbain et de mobilité durables, UNE AUSSI GROSSE BUSE INCAPABLE que Monsieur Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille !!!

 Eux, et tout le jury dont pas une personne ne semble avoir remarqué qu'il manquait, juste, l'endroit où faire passer le véhicule du futur... 

 

Il y a des (semi-) coups de pied au cul qui se perdent, non ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Va te faire semi-piétonniser - Vieux Port !
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 11:45

ruefontange-nov10 (1) s
Qui c'est qu'a osé saloper la belle "Zone de rencontre" concoctée il y a quelque mois par la Mairie du 6-8ième, véritable piège à cyclistes ? Eh bien, tous les cyclistes le savent dans leur (trop) petit monde, donc le CCE aussi évidemment. Mais comme il y a eu un précédent (un collectif "pour un autre Marseille" avait été rappelé à la loi il y a quelques années, pour avoir peint des vélos à des endroits où l'absence de piste cyclable était/est criante : Corniche Kennedy etc), on ne le dira pas ici.

 

ruefontange-nov10 (2) s

On leur dira seulement : merci et bravo les amiEs, excellente initiative qui donne au moins une vraie visibilité aux cyclistes à contre-sens ! Puisqu'évidemment les branquignols de la Mairie n'ont rien fait de plus au sujet de cet aménagement criminel, il était temps ! Et puis comme c'est une zone de rencontre, bonne idée, en plus des petits cyclistes rigolards, "on" a peint quelques itinéraires piétons qui rappellent que c'est bien une zone 20 où la godasse a aussi toute sa place. Bon, d'accord, l'auteur de ce post a encore été frôlé par le rétro d'une camionnette de chauffard roulant bien à 40 km/h rue Fontange, ce matin-même, mais enfin c'est un début...

 

ruefontange-nov10 (3) s

PS A propos de chauffardEs marseillais : ce même auteur revenant d'un voyage en Italie du Sud, il est bien obligé d'être, encore, désagréable avec eux. Il s'avère que les chauffards de Campanie et des Pouilles sont infiniment plus '"intéressants" que les Provençaux. Et que les 'pirata della strada' Napolitains en particulier, enfoncent largement les chauffardEs de Marseille : beaucoup moins attentifs et comme seuls au monde, sans aucune peur donc beaucoup plus créatifs, et au final tellement dangereux que cela en devient presque distrayant. Quand l'anarchie la plus totale rejoint le libéralisme le plus forcené...

 

Conclusion : aussi bidon comme chauffards que comme conducteurs, les bagnolardEs de Marseille sont vraiment à la ramasse .. Feraient mieux de faire du vélo.

 

Mise à jour une semaine plus tard : le joli panneau indicatif d'entrée a hélas disparu (l'affichage insuffisant d'origine est toujours en place, bien sûr), et la Ville a, sans doute en catastrophe, fait trois ou quatre "vraies" marques de vélo à contre-sens au fil de la rue. Le tout reste insuffisant bien sûr... mais ça ils le savaient déjà.

 

Mise à jour été 2011 :

Enfin ! Le panneau invisible a été déplacé, et un vrai panneau de contre-sens cycliste a été posé, a priori en juillet 2011, à l'entrée de la rue Fontange : l'aménageur a enfin fini le boulot, 9 ou 10 mois après l'avoir commencé : on a envie de ne lui dire ni bravo, ni merci.

 

fontange-fin


Par ailleurs survivre et ne pas se faire insulter dans cette rue reste un vrai challenge pour les cyclistes, mais ça c'est une autre histoire...

Notre conseil : ne serrez pas trop à droite, vous ne serez jamais "assez serré" pour un chauffard, et vous risquez en plus de vous prendre un piéton ! Roulez au milieu de la rue, qu'on vous voie bien, et rabattez-vous à l'approche d'une voiture en face seulement une fois qu'elle vous a bien vu et qu'elle a commencé à ralentir !

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 16:07

Aujourd'hui, ceux qui sont sans doute les 2 plus beaux "Et schplaf ! le cycliste" de Marseille !

Il faut donc les mériter en s'aventurant profondément dans les quartiers Est...

Rendez-vous sur le chemin de Saint-Jean-du-Désert (13012), au départ de la station de tram "La Grognarde", en direction de Saint-Pierre (vers l'ouest donc !)

 

etschplaff (1) s

 

A priori vous n'en croirez pas vos yeux. La piste commence pourtant bien, au rond-point de la Grognarde, bien indiquée, dans les deux sens, séparée de la route, etc. Après environ 300 mètres de bonheur (en descente, en plus !), serait-ce donc la Terre Promise ? Mais regardez mieux, de l'autre côté de ce feu rouge...

 

etschplaff (2) s

 

Ah ben oui, vous aviez bien vu ! Juste après un joli panneau de piste cyclable, avec un marquage au sol en excellent état, voici ni plus ni moins qu'un bloc de béton, en travers de la piste ! Qui plus est, il est marqué d'un fléchage jaune vers la droite, peut-être pour inviter le cycliste à aller se crasher dans le grillage ? C'est pas beau ça franchement ?!

 

etschplaff (3) s

 

Et alors ce qu'il y a de particulièrement formidable avec ce "Et Schplaf !", c'est qu'il marche dans les deux sens ! Ci-dessus, le même en direction de l'est : il ne manque que le marquage jaune, mais on peut s'y péter les dents tout pareil ...

 

etschplaff (4) s

 

Ebahi de cette trouvaille, on continue vers l'ouest pour mieux tomber, sur ce tronçon de piste cyclable en déshérence mais toujours marqué au sol et fléché, sur un deuxième bloc de béton, à la largeur également étudiée spécialement pour les cyclistes !

 

etschplaff (5) s

 

Ici, une vue vers l'est : ce deuxième bloc béton d'"Et Schplaf !" lui aussi, faut-il le préciser, fonctionne également dans les deux sens ! Puisqu'il est bien annoncé par un panneau bleu et un zoli marquage au sol. C'est du beau boulot quand même non ?

 

Bon, la conclusion qu'on en tire, c'est que quelqu'un a d'abord pensé qu'il serait intelligent de faire une piste cyclable longeant le tram, au moins sur 3 stations et quelques 1000 ou 1500 mètres de long, dans les quartiers Est (ça s'arrête peu après la présente photo, juste après l'arrêt "La Boiseraie"). A défaut de le faire sur toute la longueur de la ligne comme le veut généralement l'état de l'art sur les aménagements de tram....

 

Et puis quelqu'un d'autre, après avoir fait l'aménagement, a pensé que finalement, non.

Et n'a rien trouvé de plus intelligent que de barrer cette piste cyclable, qui déjà ne partait de rien pour arriver nulle part, avec deux blocs de bétons situés à quelques centaines de mètres l'un de l'autre, sans autre forme de procès.

 

On avait pas vu plus bel aménagement depuis les pistes cyclables interdites du Prado. Ou alors, qu'un lecteur nous prouve le contraire, photo à l'appui : le concours pour trouver un plus beau "Et Schplaf" que ça, est lancé !!

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Et schplaf ! Le cycliste...
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:09

 

Collectif Cyclistes EnragéEs

http://collectifcyclistesenragees.over-blog.com/

 

 

LETTRE OUVERTE

à

M. Dominique TIAN

Maire des 6 et 8e arrondissements

 

Villa Bagatelle

125, rue du Commandant Rolland

13008 Marseille

 

Marseille, le 12 octobre 2010

Monsieur le Maire,

 

Le présent courrier vise à répondre à une question que, peut-être, vous ne vous êtes même pas posé : où sont passés les panneaux qui interdisaient, aux cyclistes de plus de 8 ans, les « pistes cyclables » du Prado (Castellane – Rond Point du Prado), de mai 2009 à mai 2010 ?

 

Comme vous le savez, le jugement qui avait interdit ces aménagements en mai 2009 (il est vrai, mal signalés et dangereux, pour les piétons aussi bien que pour les cyclistes), a été cassé par la Cour Administrative d’Appel de Marseille, le 15 décembre 2009. Devant le peu de réactivité de vos équipes techniques à déposer ces quelque 30 panneaux devenus obsolètes et même illégaux (…après avoir fait rire la France et l’Europe entière…), notre collectif a donc pris cette initiative en mai 2010, démarche expliquée et revendiquée par ailleurs sur notre blog.

 

29 panneaux ont donc été déboulonnés en mai-juin 2010, et déposés à proximité pour que vos services puissent les récupérer. Seuls en ont été gardés les boulons afin d’éviter qu’ils ne soient remontés par mégarde, ou par excès de zèle. Ces « pistes cyclables » ont ainsi été rendues - conformément à la loi - à leurs utilisatrices et utilisateurs, assez nombreux en l’occurrence sur cet axe, qui relie le centre de la ville à tous ses quartiers Sud. Chose que vous ne pouvez pas ignorer, puisque des capteurs de passage ont été disposés pendant de nombreux mois, vers 2007 ou 2008, et que cet axe a été équipé par ailleurs de nombreuses stations de « Vélos Decaux » en libre-service.

 

La première idée du CCE était de vous rendre ces boulons à la mise en place, initialement prévue en juillet 2010, d’un nouvel aménagement cyclable plus acceptable, et plus aux normes en vigueur. Hélas, la situation n’ayant pas changé depuis, les arceaux de panneaux étant toujours en place, les lignes et les symboles cyclistes s’effaçant progressivement dans votre totale indifférence, il paraît désormais évident que vous êtes déterminé à ne RIEN faire sur ce sujet.

 

Sans refaire l’apologie (bien connue) du vélo en tant que moyen de transport rapide, non polluant, bon pour la santé de ceux qui le pratiquent, etc., nous vous rappelerons simplement que le vélo contribue à désengorger vos arrondissements de bouchons de circulation déjà nombreux, qu’il améliore la qualité de l’air que vous (et vos enfants !) respirez, et donc en définitive qu’il contribue à préserver la santé… de vos électrices et électeurs.

 

En comparaison des millions d’euros engloutis par la Mairie de Marseille pour creuser un nouvel aspirateur à voitures à l’utilité discutable (le tunnel Prado Sud), les budgets nécessaires à réaliser enfin une vraie piste cyclable sur le Prado (fut-ce sur un seul côté, comme celle du boulevard Michelet), paraissent pourtant bien dérisoires.

 

Hélas votre administration, et plus globalement celle de la Ville de Marseille fait preuve d’une lenteur, d’une mauvais volonté et d’une incompétence affligeante en matière de promotion des transports doux. Derniers exemples en date dans votre circonscription, l’aménagement ridicule et très dangereux d’un contre-sens cyclable sur la rue Fontange, l’installation d’une « zone 30 » bancale et mal signalée sur les contre-allées du Prado, etc. etc.

 

C’est donc sans le moindre espoir que vous en fassiez quoi que ce soit d’utile, que nous vous rendons ces boulons qui ne nous appartiennent pas. Sachez simplement que nous saurons nous en souvenir à l’heure du choix d’une nouvelle municipalité, que nous espérons plus moderne, plus écologique, plus respectueuse de ses administrés et tout simplement, plus compétente en matière d’aménagements urbains dignes du 21ième siècle.

 

Cordialement,

                                                                                 Le Collectif Cyclistes EnragéEs

 

PJ : En retour, un sac plastique contenant 116 boulons municipaux.

Copie aux journaux : La Provence, La Marseillaise, Le Ravi, Libération.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lettre déposée avec les 116 boulons (au revoir les petits, on s'était un peu attachés, à force...), devant la Mairie, il y a quelques jours. Encéphalogramme plat. Ca étonne quelqu'un ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Actions
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:32

ilsessayentdedireqqch (1) s

 

Relevés récemment, une série d'étranges pictogrammes sur la piste cyclable située entre le Rond-Point du David et Epluchures Beach : deux symboles de cyclistes, de facture différente mais apparemment du même âge (usure comparable), reliés par une flèche, le deuxième étant d'un dessin plus sommaire que le premier.


Manifestement, la Mairie essaye de nous dire quelque chose !

 

ilsessayentdedireqqch (2) s
Pas mal d'interprétations sont possibles, voici celles que nous avons trouvé (d'autres contributions sont les bienvenues !) :
- "Continue le vélo et on te coupera une jambe" (NB : celui de devant est unijambiste) ;
- "Le vélo est une régression" (NB : celui de devant est plus grossier) - ça expliquerait pas mal de choses par ailleurs pour la non-promotion du vélo en ville à Marseille, le but, finalement très humaniste, serait alors de nous éviter une régression humiliante vers l'animalité.
- "Zone de course-poursuite cycliste" (on y perçoit un je-ne-sais-quoi qui incite à la vitesse) ;
- "Zone où vous pouvez rentrer dans le vélo qui roule devant le vôtre" ;
- Dans le même registre de contact corporel avancé entre cyclistes : "Les cyclistes sont tous des p... !" (non, celle-là est vraiment trop explicite, et pourtant c'est une insulte que les cyclistes mâles sont habitués à entendre régulièrement, de la part des bagnolards et même des bagnolardEs).

Bref, le CCE est incapable de trancher entre ces différentes explications. Et pourtant, vu la parcimonie du marquage cycliste à Marseille (voir notre post concernant l'Archéologie urbaine), un tel marquage ne peut pas être le fruit du hasard. Une idée, quelqu'un ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:59

Etschplaf (2) s

Aujourd'hui dans la rubrique "Et Schplaf ! le cycliste" : le haut de la bande cyclable du Boulevard Chave (à l'approche de la gare de la Blancarde).

Où comment l'on invite le cycliste à, tout bonnement, aller se crasher dans 3 tables de bar alignées dans le sens de la longueur (s'il s'agit de sauter par dessus, il manque un tremplin).

Bon, pour être honnête, il y a un mini décrochement des pavés partant à angle droit vers la gauche vers le passage clouté (avant la plante verte ci-dessus). Mais pas de flèche qui tourne, aucune signalisation de fin de piste, même pas ce petit carré vert que la Mairie affectionne pourtant en la matière. Et puis de toute façon, prévoir des virages à angle droit, d'un mètre de largeur sur une bande cyclable, prouve bien que l'aménageur n'a jamais mis le pied sur un biclou...

 

Etschplaf (1) s

En bonus, un demi-schplaf : celui-là, objectivement, on ne peut pas le compter : c'est plutôt une jolie piste cyclable que celle qui longe le parc Borély depuis l'Escale du même nom... Elle est même marquée d'un macadam différemment au sol...

Deux remarques tout de même : ça fait quand même 6 obstacles verticaux à éviter sur 5 mètres de long, il vaut mieux être concentré quand même. Par ailleurs, les arbres plantés entre les deux voies, c'est très joli mais ça non plus, ça ne pardonne pas en cas d'inattention.

Et si l'on nous répond que ce n'est pas dangereux, alors pourquoi ne le fait-on pas ailleurs ? Ca ne ferait pas joli sur la Canebière, peut-être, une rangée d'arbres sur la ligne blanche centrale ?

 

 

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Et schplaf ! Le cycliste...
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 16:37

piste-disparue (01) s
Eh bien un archéologue, dans quelques centaines ou milliers d'années, après avoir suffisamment creusé, retombera sûrement sur ces étranges marques à demi-effacées, un peu partout sur les Prados 1 et 2.

piste-disparue (2) s
On utilisera certainement toujours des vélos dans l'avenir (même dans un avenir lointain). La forme lui sera donc familière : Il en déduira sans peine que ces marques invitaient autrefois à passer ici à vélo.

piste-disparue (3) s
Il en concluera certainement par ailleurs qu'au vu de leur état, elles datent toutefois d'une civilisation bien antérieure à la nôtre. Autrement dit que Marseille a été cycliste, longtemps avant 2010, mais ne l'est plus.


piste-disparue (4) s
Il sera très fier d'en retrouver un peu partout, de ces marques grâce à son sens de l'observation, y compris certaines qui sont vraiment TRES ténues... Il en trouvera d'ailleurs aussi ailleurs dans Marseille, boulevard Longchamp, ou boulevard Chave, par exemple.

piste-disparue (5) s
Sa déduction sera d'autant plus logique qu'il aura bien noté que chaque fois qu'on repose du bitume en 2010, on les efface un peu plus (ici, aménagement du tunnel Prado sud et, ci-dessous, tiens-tiens, raccordement d'une station Vélib'...


piste-disparue (6) s
Conclusion : si notre civilisation disparaît demain, on écrira des bêtises dans les livres d'histoire d'après-demain, attestant d'un modèle de civilisation cycliste qui n'a, à ce jour, jamais existé à Marseille... C'est un peu déprimant quand même, non ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 17:36

Quelques informations sur cet aménagement dramatiquement idiot et dangereux, dont nous avons parlé ici il y a peu...

 

La personne responsable techniquement de cet aménagement pour la Mairie du 6-8e, a pu être débusquée après une enquête téléphonique il y a quelques jours. En effet, elle a reconnu que s'agissant d'une "Zone de Rencontre" (tout un poème et une belle ambition...),  les panneaux étaient insuffisants. Et a promis au CCE que d'autres panneaux avaient été commandés et allaient les remplacer... Nous avons gardé son numéro bien sûr.

 

Par ailleurs le collectif Vélos en Ville a mené sa propre opération il y a quelques jours rue Fontange (article du 23.09.2010), pour y faire le même constat que le CCE et noter qu'en plus, les cyclistes débouchaient sur un cul-de-sac (2 sens uniques !). Ca pourrait presque devenir drôle, à force, si ce n'était pas si dangereux. Le CVV a également posé un panneau temporaire qui, hélas, n'a pas fait long feu, et fait un courrier très précis demandant des aménagements adaptés.

 

Comme quoi à force de faire du battage, on arrivera peut-être collectivement à faire améliorer cet aménagement accidentogène. Un point noir tout de même, il n'est pas prévu (par la mairie) de faire de marquage au sol, qui serait pourtant le seul de nature à rendre cette rue "pacifiée" pour ses usagers.

 

Affaire à suivre.

 

Mise à jour (février 2011) :

- Toujours pas de modification de la signalétique aérienne à l'entrée de la rue malgré les promesses et le panneau soi-disant déjà commandé. Ressortons donc notre petit carnet !

Pour toutes vos questions, demander :

Service Voirie :

04 91 55 15 00

Service Sécurité Voirie :

04 95 05 16 41

Responsable arrondissement - technicien de secteur ND du Mont :

04 95 09 56 70 (demander M. JESUALDI)

ou plus directement, le Services Etudes où l'on nous a parlé des panneaux commandés :

04 91 99 70 53 (demander M. VAN OUTRIVE)


- Un point important : le panneau carré d'entrée de zone et d'apparence étrange est bien celui d'une "zone de rencontre" (modèle utilisé dans l'Union Européenne sous diverses variantes, également vu à Strasbourg par exemple). Il n'est donc pas si farfelu que ça - mis à part qu'il est 3 fois trop petit pour être détecté par un conducteur marseillais standard. A notre décharge, c'était bien la première fois que nous le voyions à Marseille...

 

Mise à jour été 2011 :

Enfin ! Le panneau invisible a été déplacé, et un vrai panneau de contre-sens cycliste a été posé, a priori en juillet 2011, à l'entrée de la rue Fontange : l'aménageur a enfin fini le boulot, 9 ou 10 mois après l'avoir commencé : on a envie de ne lui dire ni bravo, ni merci.

 

fontange-fin


Par ailleurs survivre et ne pas se faire insulter dans cette rue reste un vrai challenge pour les cyclistes, mais ça c'est une autre histoire...

Notre conseil : ne serrez pas trop à droite, vous ne serez jamais "assez serré" pour un chauffard, et vous risquez en plus de vous prendre un piéton ! Roulez au milieu de la rue, qu'on vous voie bien, et rabattez-vous à l'approche d'une voiture en face seulement une fois qu'elle vous a bien vu et qu'elle a commencé à ralentir !

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 12:28

Revendication de longue date (notamment du Collectif Vélos en Ville, en alternative à des bandes cyclables mal fichues), le classement en « Zone 30 » des contre-allées du Prado 1.0 semble avoir été obtenu récemment, si l’on en croit les panneaux repérés pendant l’été 2010. Cela pourrait être interprété comme une avancée, puisque les bandes-anciennement-interdites des terre-pleins semblent abandonnées (en tout cas, elles sont délivrées leurs panneaux obsolètes déboulonnés par qui-vous-savez, et leurs marquages au sol disparaissent lentement d’usure, dans l’indifférence générale…)

 

zone30-prado

 

Ce serait donc ici la réponse finale de la Ville de Marseille à ce vieux « problème cycliste » du Prado 1.0 ? Sur l’image ci-dessus, on voit le panneau annonciateur de ladite zone dans son environnement – félicitons à nouveau la Mairie pour son souci de discrétion signalétique (cf les panneaux « zone de rencontre » de la rue Fontange, déjà commentés ici), alors qu'elle se lance à nouveau dans un aménagement hardi, moderne et peu commun, en tout cas à Marseille.

 

Comme ce n’est pas très, très visible (ah tiens, vous trouvez aussi ?), en  voici un zoom (on peut constater que la présence d’une boulangerie est largement aussi bien signalée !) : on y retrouve la fameuse mention « espace partagé » déjà utilisée pour fourrer piétons et cyclistes sur le même trottoir (Prado 2.0) et qui n’existe, vérification faite, nulle part ailleurs en France.

 

zone30-prado-zoom

 

Au fait, parlons un peu règlementation. Pour la France, la définition officielle est donnée par l'article R110-2 du Code de la Route : « Zone 30 : section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l'autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l'ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable. »

(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_30 )

 

On peut encore préciser que ces panneaux doivent être « répétés après chaque intersection autre que celles avec des voies privées non ouvertes à la circulation publique ou des chemins de terre » (Instruction interministérielle sur la signalisation routière, 4ème partie, signalisation de prescription, novembre 2008, article 49), ce qui n'est évidemment pas le cas ici pour les nombreuses rues débouchant sur la contre-allée. Trop cher, sans doute ? On avait pourtant trouvé comment financer 30 panneaux "interdit aux vélos" en temps voulu...

 

Quant à les parcourir à contre-sens à vélo, les contre-allée du Prado 1.0, comme la loi nous y autorise ? Tentez donc le coup un jour où vous vous sentirez suicidaire et/ou très joueur : désoléE mais personne au CCE n'a encore tenté l'expérience... Votre steak tartare, avec ou sans casque ?

.

Ah, et au fait un rappel pour finir, les panneaux légaux pour une zone de ce type sont les suivants :

 

Zone30-réglementaire

 

On appréciera le léger différentiel avec l’aménagement réalisé à Marseille. Quant aux cyclistes, il peuvent d’ores et déjà apprécier l’absence totale de changement dans les comportements que cela a entraîné : stationnement anarchique des deux côtés (et même encouragé par la police municipale le vendredi, por ues commerçants du marché au fleurs), déboulé de voitures des entrées droite et gauche, circulation allègre à 50 km/h quand c'est possible, etc, etc.

 

Plus de (fausse) piste cyclable et pas de (vraie) zone 30 : désolé d’être si explicite, mais qui s’est encore faire b… dans l’histoire ?!

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 12:56

L'expérience des vélos en libre service était à la base une belle idée, en tant que transition possible depuis un système du tout-voiture Pompidolien et périmé, vers les modes de transport doux et forcément multi-modaux de l'avenir. L'idéal étant bien sûr d'atteindre une masse critique de vélos pour faire changer les comportements, et de donner envie aux gens de ressortir leur propre biclou, les Vélos Nucléaro-Publicitaires Decaux (VNPD) ayant vocation à disparaître, à terme.

 

On laissera de côté l'aspect publicitaire et l'intérêt bien compris du prestataire Decaux (cf post précédent "L'Etrange Histoire de Le Vélo »), pour rendre justice au seul point positif de l’expérience : force est de constater qu'il semble y avoir un (tout petit) peu plus de vélos dans Marseille qu'avant les VNPD, qu'ils soient de location, ou pas.

 

Le problème est que l'expérience de "Le Vélo" à Marseille depuis fin 2007 est, et peut-être de plus en plus, menée n'importe comment. Même des utilisateurs occasionnels comme les cyclistes réguliers que nous sommes, peuvent s'en rendre aisément compte, en ne prenant pourtant ces vélos qu'à titre de dépannage... A cela, pas mal de raisons qu'il convient de lister le plus précisément possible : une autopsie, c'est scientifique !

 

Le Vélo 2 (Marseille) DominiquePipet flickr

(Photo © Dominique Pipet)

 

1) Remplissage/Vidage des stations : le grand n'importe-quoi !

 

Bien évidemment la gestion de flux de vélos en libre-service nécessite un suivi fin des usages et des comportements. Et à l'occasion une régulation par camion, qui consiste à ramener des groupes de vélos aux points de départ. Cela se pratique régulièrement à Lyon et à Paris, généralement vers les points hauts (qui sont aussi les quartiers d'habitation : Croix-Rousse, Montmartre...). Le site web du service de Marseille étant capable de dire en temps réel la localisation des vélos par stations, on pourrait croire qu'un tel suivi des flux est assez facile.

 

Eh bien, non. A Marseille, les VNPD sont là depuis trois ans à ce jour. Pour autant en matière de gestion des flux, les employés Decaux/Cyclocity à Marseille n'ont manifestement rien appris, rien retenu, rien compris... Faites le test : il n'y a jamais de vélos aux points hauts de la ville, jamais de place aux points bas. Ou plus généralement, jamais de vélos aux points de départ (quartiers d'habitation), jamais de places aux points d'arrivée (quartiers de travail et zones touristiques).

 

Expérience arrivée 3 fois de façon similaire à un usager en 2 ans et refaite ce jour-même : 4 stations vides dans le quartier La Plaine / Cours Julien à 8 h 30 (pourtant habités de ces horribles bobos que la mairie déteste - pas le plus mauvais public pour des vélos !), puis 4 stations pleines d'affilée sur le Prado (pourtant pas le quartier avec la plus forte pression cycliste...) à 9 h 00.

Bien évidemment quand un trajet à vélo qui devrait durer 25 minutes, dure 25 minutes + 10 minutes de recherche de vélo avant + 10 de recherche de place de vélo après = 45 minutes, il perd beaucoup de son intérêt !

 

A partir de là, deux hypothèses :

 - à 7 h 30 chaque matin, les stations de départ sont pleines et les stations d'arrivée sont vides, et un énorme flot de cyclistes VNPD les prend d'assaut quotidiennement. C'est une bonne nouvelle, sauf que ça paraît un peu trop beau pour être vrai. Et même dans ce cas il y aurait lieu d'organiser un flux contraire de retour de vélos aux points de départ... ce qui optimiserait le service pour les "salopards de privilégiés" qui embauchent à 9 heures ou plus tard, et sont quand même assez nombreux si l'on en juge par les embouteillages encore observés à cette heure-là (au fait Marseille a fini 8ième au concours des villes les plus embouteillées d'Europe en mars 2010, pas mal non ?)

 

- ou alors, les équipes Decaux, au lieu de gérer des stations "intelligemment remplies" (mettons entre 1/2 et 2/3), remplissent les stations au coup par coup. C'est hélas l'hypothèse la plus vraisemblable, d'autant qu'on les a déjà vus faire : si j'ai rempli une station, j'ai bien travaillé, fini, parti ! Et tant pis s'il n'y a pas de vélos disponibles dans la station d'â côté, et tant pis si on ne peut pas en déposer un ici, c’est pas mon problème... Essayez de leur dire, pour voir : ils s’en fichent, ils sont comme l’allumeur de réverbère du Petit Prince : « La consigne, c’est la consigne… »

 

Le Vélo 1 (Marseille) wikipedia s

2) L’état des vélos VNPD : de surprise en surprises...

 

L'autre souci, plutôt d'ordre technologique que marseillais, est l'état des vélos et le fonctionnement de l'outil de diagnostic dans les stations. Bien évidemment un objet en libre service a vocation à se détériorer, il n'est pas choquant que la station refuse de délivrer des vélos qui ne sont pas en état de rouler de façon sûre. C'est même plutôt rassurant, en théorie.

 

Voici cependant un rapide inventaire des pannes observées sur des vélos délivrés tout à fait normalement par Decaux entre 2008 et 2010 (pas toutes sur le même, bien sûr !) : pneu avant crevé ; pneu arrière crevé ; absence de pneu avant ; vélo déraillé (et non "re-raillable" puisque tout est caché, un grand classique) ; guidon dévissé (attention à vos dents !) ;  réglage de selle cassé ; vitesse ne passant pas ... Sans compter l'absence, statistiquement une fois sur deux, de freins corrects soit à l'avant soit à l'arrière. Dites-nous si on en oublie...

 

Pour l'anecdote, on peut aussi signaler avoir vu une selle qui casse net au niveau du manche en descendant d'un trottoir bas (une grave blessure évitée de justesse). Et puis bien sûr, les célèbres "pannes de station" : le système qui se reboote et plante, l'écran tactile en panne, etc. : on repart souvent très dépité d'une station qui paraissait pourtant parfaitement achalandée et même, on peut dire que s'il y a trop de vélos quelque part où il n'y en a habituellement pas, c'est suspect...

 

Le_Velo_3_-Marseille-_marseille-sympa_dot_com_s.jpg3) D’autres problèmes marseillais : horaires, répartition des stations

 

Marseille est la seule ville d'Europe où le service s’arrête la nuit (après minuit). Vous savez, la nuit ? Ce moment précis où il n’y a plus de bus/tram/métro, et où des vélos seraient si utiles… Ce moment où les gens sont le plus susceptibles d’être éméchés/enfumés, et seraient tellement moins dangereux sur un vélo qui les aiderait, en plus, à dégriser…Ce moment où les statistiques d'usage explosent à Paris et à Lyon !

 

Quant à la répartition des stations, elle répond à un plan bien plus large d’isolation des quartiers turbulents, plan mené depuis de longues années par les municipalités respectives. Ce n’est certes pas M. Decaux qui a décidé où mettre des stations. Ainsi, pas de station plus au nord que la Joliette, ce qui laisse une petite moitié de Marseille non desservie, la fameuse moitié qu’on préfère laisser chez elle. Coincidence ? Allons donc. En attendant, les quartiers nord étouffent, et les pauvres perdent leur temps, leur santé et leur argent dans des bagnoles, en essayant de gagner les zones centrales de travail, de commerce, de loisir...

 

Le_Velo_4_-Marseille-_blog_dot_topheman_dot_com_s.jpg4) Résultat de l’autopsie : le cadavre bouge encore, maintenu à l'état de légume

 

Des 50 000 abonnements espérés par l'opérateur en 2008 (mais jamais atteints), on plafonne en 2009 à 5300 abonnements longue durée et 1400 cyclistes à la semaine. Et le taux d'utilisation des VNPD en chute encore de 10 % entre 2008 et 2009. Autrement dit, c’est nullissime et de pire en pire (source, La Provence, 31.05.2010).

 

Après un effet de nouveauté, le système a déçu, et déçoit encore, les utilisateurs de vélos et de « Le Vélo » sont unanimes. Ceux qui faisaient déjà du vélo avant, en font toujours, et pas sur VNPD. Ceux qui ont essayé d’aller travailler régulièrement avec ont constaté que le service n’était pas fiable, et en sont revenus. Reste quelques usages de dépannage et touristiques : un bruit de fond d’usage, qui ne fera pas basculer Marseille du bon côté de la Force …

 

Et la situation a tout pour perdurer ! D'abord parce que la Ville de Marseille, faut-il le rappeler, s'en fout. Ensuite, parce que tant que M. Decaux pourra continuer à truster l’ensemble des emplacements légaux et illégaux d’affichage de publicité, il se fout pas mal de perdre de l’argent sur l’expérience Le Vélo, qui n’est pour lui qu’une petite contrepartie anecdotique. Il y a donc fort à parier qu'on verra encore longtemps les VNPD, ces pauvres créatures souffreteuses et mal fichues, hanter les fausses pistes cyclables de Marseille...

 

Marseille réussissant même à apparaître, c’est véridique, comme une ville « Bike-Friendly » sur une carte publiée dans « 20 minutes » en 2009, carte dont Strasbourg était par exemple exclue puisque cette ville ne propose QUE 450 km de pistes cyclables (6 fois plus qu’à Marseille pour une surface 3 fois plus petite ), mais PAS de Vélib.

 

Ca ne vous donne pas envie de casser quelque chose, à vous ? Nous, si, mais par pitié, pas un Vélib, peuchère, ils n'ont déjà pas la vie facile...D'ailleurs, après cette autopsie, voir aussi la dissection et l'épitaphe d'un Vélib' !

 Une brève pour finir : une pétition à signer pour obtenir enfin la mise en place nocturne du service Le Vélo à Marseille. 

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • : Le collectif des cyclistes marseillaisEs qui ne veulent plus être gentilLEs........... (Félicitations, insultes, contributions bienvenues : collectifcyclistesenrageEs[a]yahoo.fr)
  • Contact