Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 10:05

Fin 2014 : Puisque cette page continue à faire plus de 100 touches par mois, presque 6 mois après l'arrêt de ce blog, un mot à nos fans : rien n'a changé, la plupart de nos 137 articles restent d'actualité !

Il y a fort à parier que la plupart des aménagements idiots et/ou dangereux installés par MPM version Caselli, ne vont pas bouger sous MPM version Teissier (jusqu'en 2020 donc !)
D'ailleurs MPM continue à perdre des procès contre le CVV à force de se foutre des cyclistes... (récemment sur le tracé du Très Grand Bus)

 

En attendant, notre seule bouffée d'oxygène cycliste, hautement recommandée : Vélorution de Marseille, tous les premiers vendredi du mois, 20 h 30 à la Girafe sur la Canebière, amener à boire et à manger !

 

Bienvenue sur LA page la plus fréquentée de ce blog (toujours vrai au printemps 2014) !

N'oubliez pas qu'il y en a plein d'autres sur d'autres sujets reliés... Par exemple des idées d'actions réalisées et à reproduire librement chez vous, des exemples d'aménagements idiots ou accidentogènes (et schplaf !) et même quelques documents sérieux mais toujours ironiques pour les plus motivés, des trucs à coller sur votre vélo ou ailleurs (graphisme), des conseils pour aider les chauffardEs à accéder à la notoriété sur le Web (Emm...bêtons les chauffardEs), etc... Voir les catégories, ci-dessous à droite. En tout cas bonne visite et merci de votre intérêt !!

 

PS juin 2014 : Le même sujet traité en version 2.0, après les élections municipales de 2014 !

 

ch1-chauffard s

  (Photo : bande cyclable du Prado, soir de match de l'OM à 18 h, septembre 2008)

 

Comment faire comprendre à une voiture qu'elle est mal garée ?

 

Enfin bon, c’est une image, ce n’est pas à la voiture qu’il convient de l’expliquer mais à la personne chauffardE qui l’a laissée à cet endroit. Problème, elle n’est généralement pas dedans….

Commençons par apporter une précision sémantique : au vu de la définition du terme « chauffardE » (faisant référence à une conduite maladroite/imprudente/dangereuse), qui est souvent limitée abusivement à l’idée de vitesse ou de direction erratique, mal se garer c’est aussi être unE chauffardE. Puisque cela conduit à mettre en danger d’autres usagers de la chaussée, piétons, cyclistes ou automobilistes.

 

Un stationnement gênant ou dangereux donne généralement envie de faire comprendre à M/Mme ChauffardE qu’il ne faut plus le refaire : la question se pose donc de la meilleure façon de lui faire passer le message… le CCE va tenter ici une petite synthèse des techniques connues et de leurs mérites comparés.

 

1. Le répondeur universel des bagnolardEs : leur rétroviseur !


    ch1-rétro s

 

Le rétroviseur étant le point le plus saillant d’un véhicule, et pouvant être bougé théoriquement sans dommages, il a la préférence du CCE pour son côté pédagogique et en principe non destructeur ; il permet d’ailleurs une riposte « graduée » et lisible par le récipiendaire du message. Les cyclistes (du moins les enragéEs), ont généralement leur propre barême en la matière, à estimer au cas par cas bien sûr.

 

Celui du CCE est le suivant,  qui est suggéré ici :

- le stationnement dépassant sur piste cyclable, jugé "sans malice", vaut habituellement pliage pédagogique à la main du rétroviseur (attention certains automobilistes plient eux-même leur rétro vers l'intérieur quand ils n'ont pas la conscience tranquille, dans ce cas, le plier vers l'extérieur, si vous avez un doute : aucun automobiliste ne plie JAMAIS son rétroviseur vers l'extérieur) ;

- le stationnement pleine piste/bande cyclable, jugé "j'm'en'foutiste / j't'emmerdiste" (cf "1537 XH 13" sur la photo ci-dessus) peut par contre valoir coup de guidon/coude/pied dans le rétroviseur, avec des résultats très variés et hélas imprévisibles (allant du pliage simple à l'arrachage avec projection à 3 mètres en avant).

Serait-ce de l'obsolescence programmée ? Nous avons constaté en 2013 que certains modèles de rétroviseur étaient beaucoup plus fragiles que par le passé (ex : Porsche Cayenne). Au prix de ces voitures, leurs propriétaires se font vraiment rouler dans la farine...

 

  ch1-bebe s

 Pour ne rien cacher aux chauffardEs, le coefficient de force de frappe cycliste peut varier en fonction de facteurs aggravants et (presque) purement objectifs tels que :

- autocollant "Bébé à bord" : Fais attention à la sécurité des miens, la tienne par contre je m'en fous (et puis mon bébé ne sera jamais cycliste, bien sûr) ;
- autocollant "conduite accompagnée" : quel bel exemple vous donnez à votre jeune élève ?... ;

- nature du véhicule : plus c'est gros, moins ça passe... SURTOUT si l'on a utilisé la force motrice du véhicule pour monter sur la bande cyclable (cf Prado 1.0 / soirs de match de l'OM)...

- plaque d’immatriculation estrangère : strasbourgeois, parisiens, varois et autres, vous ne le faîtes pas chez vous, ne le faîtes pas à Marseille non plus…

- et pour élargir un peu le cercle étranger : on peut laisser le bénéfice du doute aux étrangers plus lointains, pour ne pas écorner l’image de l’accueil à Marseille… même si en principe ils devraient avoir déjà vu une piste cyclable ou des vélos chez eux.

- rétroviseur rafistolé au gros scotch : il déclenche une forte et légitime suspicion de récidive… Comment casse-t-on son rétro, quand on y pense ? Pas en conduisant normalement (à moins de frôler la mort), même pas en se garant : à bien y réfléchir, à 99%, on se le fait casser parce qu'on est mal garéE donc, qu'on est unE chauffardE !! CQFD.

Note à l'attention de ces présuméEs récividistes : la technologie actuelle des bandes collantes n'a  pas encore inventé un marque de scotch/chatterton assez puissante pour résister à un bon coup de boutoir. C'est dit.

 

  2. Techniques « plus violentes » de transmission de message de mauvais stationnement :

 ch1-tournevis s 

D’autres techniques plus explicites de transmission de message peuvent être citées ici pour mémoire (mais pas conseillées !) : tordage/arrachage des essuie-glaces, rayure de la portière à coup de clefs ou tournevis, coup de pied enfonçant, écriture au marqueur sur la vitre ou la carosserie, cassage de phare, dégonflage des pneus etc.

 

Ces techniques comportent en effet plusieurs risques évidents :

- elles nécessitent un arrêt du / de la cycliste, il/elle peut donc se faire choper par le propriétaire qui sera généralement peu enclin à une discussion sur le civisme, ça se comprend, devant son véhicule abîmé ;

- elles peuvent être dangereuses pour le propriétaire lui-même: s’il ne se rend pas compte tout de suite que son essuie-glace est tordu/cassé et qu’il ne le voit que quand il en aura besoin,  sur l’autoroute quand la pluie démarrera …Idem pour le phare abimé. On supposera par contre qu’un rétroviseur plié est censé être repéré au plus tard au démarrage, où il doit en principe être consulté ;

- penser à l’aspect contre-productif pour l’environnement : un essuie-glace ou un phare pété sera obligatoirement remplacé ; un amoureux de sa bagnole fera changer sa portière rayée (utilisation inutile de matière et d’énergie « à cause » du message transmis) ; un 4x4 dégonflé nécessitera l’intervention d’une (grosse) dépanneuse, donc une consommation d’énergie, de la pollution et au final, une circulation encore plus gênée/dangereuse pendant l’intervention...

 

Bref ces techniques certes défoulatoires, peuvent être dangereuses et surtout, elles ne semblent pas efficaces en terme de transmission d’un message explicite et compris par les chauffardEs. A réserver donc aux cas extrêmes de mise en danger objective ou de récidive forcenée ...

 

Nouveauté été 2011 : La plus explicite de toutes est sans doute la technique lituanienne (NB : nécessite d'avoir à disposition une voiture blindée ou un tank).

 

 3. Techniques alternatives :

ch1-mayo s

Reste quelques techniques alternatives plus simples ou plus amusantes, pour varier ou égayer un peu votre quotidien cycliste.

- Le levage simple d’essuie-glaces avant/arrière : banal mais toujours efficace, il nécessite toutefois de descendre du vélo, il faut donc avoir du temps à perdre. En tout cas il est impossible d’abimer quoi que ce soit en procédant ainsi. Et ça ne paraît pas un motif suffisant pour se faire casser la figure en cas de flagrant délit. Attention, il arrive que des essuie-glaces espiègles vous restent dans les mains.

- Passez par dessus ! Si vraiment le vélo (ou la poussette d'ailleurs !) ne peut pas passer à cause d'une voiture en plein passage piéton notamment, soulevez votre engin et faites le bien rouler (idéalement avec les roues sales ou mouillées) pleine carosserie. Effet pédagogique garanti...

 - L’autocollant « mal garé » : lui aussi nécessite un peu d’organisation : il faut avoir des autocollants sur soi et le temps de s’arrêter pour les coller. Avantage, on peut délivrer un message très précis (« Bonjour, vous êtes garé sur une piste cyclable, …»). Et il sera potentiellement compliqué à décoller proprement : il y a fort à parier que la voiture mal garée retienne la leçon. Nota : généralement la carosserie colle mieux que la vitre, ce qui permet une riposte graduée.

Celui-ci est bien, par exemple (jpg à décliner sur la taille de votre choix) :

ch1-autocollant

  - Plus amusant : la technique de la mayonnaise ! Conserver des petits sachets de mayo/sauce salade/ketchup, en mettre une belle goutte au milieu du pare-brise, en plein dans le champ de vision du conducteur… et étaler délicatement le reste sur la brosse de l’essuie-glace elle-même.

Le conducteur au démarrage, voyant une particule gênante sur le pare-brise, actionne ses essuie-glace et recouvre ainsi son pare-brise d’une substance grasse et colorée… Effet garanti et grosse rigolade. On peut aussi utiliser de la mousse à raser mais mèfi, elle peut attaquer la peinture des voitures en cas de contact prolongé...

 

Invention CCE (copyright 2011) : le "Road Hog Car Bashing" (ou 'harcèlement des chauffardEs' en français), voir notre rubrique dédiée : cette technique relève plus de la vengeance à moyen terme !

Prendre une belle photo (avec plaque apparente !) de la voiture mal garée (NB nous nous contentons ici des voitures garées sur une piste cyclable), la poster sur Internet où ça vous chante (blog, twitter, facebook etc), mais en précisant bien en légende, la plaque d'immatriculation.

Dès le lendemain, Google se chargera de faire ressortir l'immatriculation dans son moteur de recherche : le chauffard ou la chauffarde pourra admirer sa bagnole mal garée jusqu'à ... la fin d'Internet ! Envoyez-nous un lien !

 

NB : Avec quelques mois de recul, personne n'est jamais venu demander au CCE de retirer la moindre photo du web !

 

Pour conclure, quelle que soit la technique employée, il faut se donner pour but d'être compris, et ne pas se cacher des passants (que cela fera peut-être méditer sur leurs propres pratiques de stationnement). 

Il a été observé par le CCE que de nombreuses voitures garées toujours dans le même secteur, ont compris les messages ainsi transmis et font davantage attention, améliorant ainsi le respect et la sécurité de tous les usagers de la chaussée et des trottoirs.  Au boulot, les vélos !

 

Si vous êtes arrivéE jusqu'ici, pensez à dérouler les commentaires pour découvrir d'autres techniques suggérées par des lectrices et lecteurs !!

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Actions
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 11:31

etschplaflecycliste2 s

 

Oui, bon, c'est hélas une image d'une banalité assez consternante à Marseille.

 

Sur ces bandes à dessin de cycliste simple (pas de marquage latéral, & bonne chance pour repérer les cyclistes peints !...), type boulevard Longchamp et Chave, le long des lignes de tramway, un certain nombre d'automobilistes a cru déceler un potentiel de parking gratuit consistant à s'insérer entre tram et trottoir, souvent en épi, c'est-à-dire en dépassant généralement en partie sur la bande cyclable sise à cet endroit précis...

 

On peut toutefois noter ici que l'automobiliste "7013 YK 13" ne s'est pas garé "à moitié" sur la bande cyclable, mais bien en plein dessus... Ce qui pourrait le cas échéant être interprété comme une marque de j'm'en'foutisme, voire une intention de faire caguer les vélocipédistes...

 

Nous parlerons prochainement des moyens d'apporter une riposte graduée à ce type d'agression vélophobique, selon qu'elle est jugée passive ou active.

 

(Boulevard Chave, août 2010)

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Et schplaf ! Le cycliste...
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:39

velochimique1-comburant

Comburant...

velochimique2-mortel

Mortel...

velochimique3-biohasard

Biohasard...

 

On se demande où sont partis ces terrifiants vélos dont on a retrouvé que les emballages...

 

CCE - Graphisme (toutes les images du CCE sont libres de droit pour reproduction !)

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Graphismes
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 11:55

Voilà une belle ambition, dans une ville même pas foutue de faire une piste cyclable correcte : passer directement à l'étape du contresens cyclable ! A peine capable de patauger avec des brassards, plouf, on plonge direct dans le grand bain ! Ma foi, comme disait Audiard, "Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait !"...
Mais foin d'insulte facile et de procès d'intentions injustes, passons au test : lançons-nous donc avec allégresse et avec vélo dans cette nouvelle voie, ouverte au passage des vélocipédistes depuis la refonte de la rue Fontange (13006), vers mai-juin 2010 ! On peut commencer par noter l"immense" panneau qui salue de façon on ne peut plus laconique et sobre, cette avancée pourtant majeure de la voirie phocéenne : "SAUF VELO". Belle modestie non ? Enfin, ne boudons pas notre plaisir, on s'en contentera.

Fontange1 sEnsuite, on se jette dans la nouvelle rue Fontange et là, force est de constater qu'il n'y a pas, contrairement à l'usage/la norme/le bon sens élémentaire, le moindre marquage au sol rappelant cette petite prérogative cycliste. Rien, quedal, nib' ! Certes, avec un peu de chance, la petite Peugeot rouge qui arrive en face vous laissera passer, en vous faisant les célèbres gros yeux du "ah-non-mais-franchement-vous-les-cyclis'-vous-croyez-vraiment-tout-permis !"

Donc, disons qu'avec une petite voiture et un chauffeur pas trop excité qui arrive en face, ça passe (au fait, petite colle en passant : on roule à gauche, ou à droite sur un vélo, sur un contresens cyclable sans marquage au sol ?)

Fontange2 s

Mais si d'aventure une ou plusieurs motos ou mobylettes s'engagent face à vous en même temps, là ça va commencer à devenir franchement intéressant. Et si un camion de livraison est à l'arrêt devant l'un des nombreux commerces de la rue (vous avez disons, deux chance sur trois, entre 8 h et 11 h du matin), bon courage pour lui expliquer qu'il est garé sur un passage à vélos ! Et gare aux portières et aux portes bien sûr : le livreur n'attend pas le danger de ce côté-là évidemment....
Bref, on débouche à la sortie devant Notre-Dame du Mont, quand même pas rassuré, après avoir mis 2 fois le pied à terre et même fait une boucle sur le trottoir pour laisser passer d'autres véhicules moins aimables. Et la question se pose : mais comment les automobilistes, abrutis ou non, pourraient-ils bien savoir qu'il y a des vélos en sens inverse ? Bon sang, mais c'est bien sûr, il y a deux "immenses" panneaux ici aussi !!

Fontange3 sTotalement fantaisistes (on vous défie de nous les trouver dans le code de la route, ceux-là !), celui de gauche étant singulièrement mal orienté (puisque pratiquement invisible en venant de la place ND du Mont). Par ailleurs leur forme inattendue et le mix d'informations rend assez improbable leur compréhension du premier coup d'oeil par un automobiliste s'engageant dans la rue Fontange. Surtout qu'à ce moment-là il est plutôt concentré sur le passage du carrefour, avec 3 flux convergeant dans la même rue Fontange.

 

Fontange4 s

Faisons un petit zoom. Si on les contemple bien, ces panneaux font pourtant de cette rue la première "ZONE 20" de Marseille, et selon la taille des pictogrammes : piétons d'abord, vélos ensuite et peut-être, s'il reste de la place, une petite bagnole ou deux.... Là-encore, saluons la modestie de la voirie marseillaise qui n'a pas souhaité frimer, d'un panneau trop tapageur ("Zone limitée à 20 km/h, Cyclistes en sens inverse, roulez au pas"), devant cette véritable révolution copernicienne : la première rue du centre de Marseille où le piéton a repris ses droits naturels !

Blague à part, parce que ce n'est pas si drôle que ça quand on y pense : si c'est pour faire des aménagements accidentogènes comme ça, Monsieur Dominique Tian, Maire des 6e-8e ferait mieux de s'abstenir, s'il ne veut pas finir au gnouf, avec unE cycliste sur la conscience. En tout cas qu'il soit assuré que le CCE se portera partie civile, si ça se produit un jour...

 

Mise à jour été 2011 :

Enfin ! Le panneau invisible a été déplacé, et un vrai panneau de contre-sens cycliste a été posé, a priori en juillet 2011, à l'entrée de la rue Fontange : l'aménageur a enfin fini le boulot, 9 ou 10 mois après l'avoir commencé : on a envie de ne lui dire ni bravo, ni merci.

 

fontange-fin.JPG


Par ailleurs survivre et ne pas se faire insulter dans cette rue reste un vrai challenge pour les cyclistes, mais ça c'est une autre histoire...

Notre conseil : ne serrez pas trop à droite, vous ne serez jamais "assez serré" pour un chauffard, et vous risquez en plus de vous prendre un piéton ! Roulez au milieu de la rue, qu'on vous voie bien, et rabattez-vous à l'approche d'une voiture en face seulement une fois qu'elle vous a bien vu et qu'elle a commencé à ralentir !

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 10:56

etschplaflecycliste sCa se passe de commentaires... alors faisons-la courte, pour une fois.

 

Cette petite piste cyclable, une vraie cette fois, qui fait la longueur des allées Gambetta (250, 300 mètres à tout casser ?),  a de toutes façons toujours été fort pittoresque : accessible uniquement aux BMX et autres vélos acrobatiques capables de bondir au dessus des poubelles roulantes, des voitures garées, des taxis etc....

 

(Allées Gambetta, août 2010)

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Et schplaf ! Le cycliste...
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 15:01

 

Prado-marquages s

  Une petite dernière sur les aménagements idiots du Prado 2.0 ...

 

A force de croiser sur pratiquement chaque passage cloûté (comme celui sur la photo ci-présentée), une voiture garée attendant au feu-rouge et bloquant son passage, le cycliste pourrait légitimement se poser la question ci-dessus.
Or c'est la présente photo qui, à titre de contre-exemple, contient la réponse : ici, l'automobiliste a compris que le feu rouge situé à l'entrée du Prado, à 5 ou 6 mètres devant sa voiture, impliquait de s'arrêter AVANT le passage cloûté. Et le conducteur de moto, sans doute au fait du problème, a préféré s'arrêter après, ce qui reste une façon de faire acceptable en l'absence de ligne d'effet du feu. Au moins, le passage est à peu près libre aux piétons et aux cyclistes.
Mais ici c'est plutôt l'exception qui confirme la règle, bien sûr : dans la majorité des cas, l'automobiliste de bonne foi ou inattentif, se gare au pied du feu rouge et donc, en plein sur le passage clouté.

Certes il est écrit très clairement dans le Code de la Route qu'une voiture ne s'arrête JAMAIS sur un passage cloûté - mais encore faut-il le voir et il faut bien avouer qu'à cet endroit-là, soyons honnêtes, quand on est en voiture, ce n'est pas forcément évident...
Bien sûr, un enfant de six ans confronté à ce problème d'aménagement trouverait la solution en dix secondes : il aurait suffi de mettre les feux tricolores EN AMONT des passages cloûtés pour éviter tout problème, donc à gauche sur la photo (c'est le cas à certains trop rares endroits). Mais là encore, il aurait fallu une trace d'intelligence dont la voirie marseillaise ne semble décidément pas pourvue.

En attendant, on a là l'un des motifs récurrents d'agacement, d'incompréhension et d'engueulades entre usagers du trottoir et voitures. Voire même entre voitures, puisqu'il n'est pas rare que les véhicules bloqués sur la contre-allée, ne voyant pas ce feu rouge trop lointain ou dans un angle mort (comme sur la photo), klaxonnent à qui mieux-mieux le malheureux automobiliste qui essaye simplement de respecter le marquage au sol.
En gros, ami automobiliste, en te garant à ce feu, tu as le choix entre te faire pourrir à juste titre par les piétons et les cyclistes, ou de façon injuste par tes congénères bagnolards... La vie est injuste, parfois, non ?


Mais au fait, puisque tu es arrêté là, c'est que manifestement tu travailles ou tu habites ici sur le Prado, desservi par 2 lignes de bus, un métro au bout et même des Vélos Nucléaires Publicitaires Decaux... Tu es sûr que tu ne pouvais faire autrement que prendre ta voiture aujourd'hui ? Rhoôô, ça va, te fâche pas, on te taquine.

 

Par contre, la rigueur scientifique de l'exposé qui vient d'être fait nous contraint, hélas, à ne pas répondre à la question initialement posée, en tout cas pas aujourd'hui.

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 10:17

 

CCE-espace-1 s

  Ah ben désolé, mais un jour ou l'autre il fallait bien qu'on s'en moque un peu...

 

D'abord, de cette ô combien fameuse cabine téléphonique, située sur le 2e Prado (vers le numéro 279, une banque d'affaires au logo vert). Parce que ça fait dix ans voire plus qu'elle nous fait marrer, la pauvre, plantée là comme une conne en plein milieu de la pis... de l'"espace partagé" vélo-piétons. A une époque on lui collait même des autocollants "mal garé" comme à un vulgaire chauffard, jusqu'à ce qu'on voie un malheureux employé de la Ville devoir les décoller au savon, lui qui n'y pouvait rien, peuchère. Mais on n'ose imaginer combien de cartilages nasaux de cyclistes rêveurs ont du connaître une fin brutale contre cette vitre téléphonique incongrue.

Aaah... l' Espace Partagé du Prado 2.0, Ô endémisme marseillais, Ô fierté phocéenne, Ô gloire de l'aménagement Gaudinien Supérieur... Lui qui fait, rappelons-le, déjà moins de 2 mètres de large dans ses meilleurs passages : Cf le Consulat de Turquie, grande et belle démocratie qu'il convient donc de protéger de façon permanente par des barrières anti-manif-kurde posées pile sur... l'espace partagé. Cf le marchand de coquillages du coin de l'Avenue de Mazargues, qui a obtenu vers 2004 manifestement sans aucun problèmes, une autorisation d'occuper... l'espace partagé.

 

Sans parler enfin, des divers panneaux publicitaires, grands et petits mais toujours nucléaires (déroulants ou lumineux), que JC Decaux y a flanqué environ tous les 10 ou 15 mètres (allez mesurer si vous voulez...). Pour mémoire, Marseille avait bien signé le Pacte du Développement Durable en 2007... année d'élection. Mais c'est vrai que ces aménagements publicitaires semblent pour le moins... durables ! On pourrait encore citer, et là c'est vraiment le comble, des colonnes de tri sélectif régulièrement posées en plein dans l'axe partagé, histoire que le bon citoyen trieur emmerde le bon citoyen cycliste (qui sont pourtant souvent la même personne...). Diviser pour régner ?


CCE-espace-2 sBref cette malheureuse cabine est le symbole même du crétinisme voirie-esque local, faisant se contrarier deux services publics d'importance (le droit au transport en site propre, le droit au téléphone public). On admire d'ailleurs, et c'est ce qui fait toute la beauté - quasiment poétique - de cet aménagement, un magnifique délaissé de voirie (c'est-à-dire un espace inoccupé et interdit au stationnement, d'au moins 20 mètres carrés), pile à sa hauteur ! Espace qui aurait évidemment permis de caser environ 3 ou 4 cabines comme elle sans gêner personne.

 

Notez aussi à l'arrère-plan, les nouveau abribus Decaux (arrivés en deal bonus des VNPD, en 2008 ou 2009), plus larges que les anciens, et qui empiètent donc là encore davantage sur, on vous le donne en mille... l'espace partagé. Bon et puis enfin, bien sûr, on a pas parlé de toutes les voitures qui se garent à moitié sur l'espace partagé, là ce n'est pas de la faute à la Ville, ça relève du comportement incivil individuel, qui peut éventuellement se corriger après un ou deux rétroviseurs tordus...

Et tout ça pour lire, à l'entrée de cette galéjade crypto-cyclable permanente qu'est notre bienaimé Espace Partagé : "Cyclistes, respectez les piétons"... Diviser pour régner, on vous dit : faire en sorte que les cyclistes emmerdent  très officiellement les piétons (et jamais le contraire bien sûr...), ceci afin d'être sûr que les riverains ne réclament pas, jamais, une vraie piste cyclable... Habile non ?

 

Note pour plus tard, un de ces jours, le CCE va devoir se les faire, ces panneaux, d'une façon ou d'une autre, parce qu'être les dindons de la farce, passe encore, mais se faire sermonner en plus, faudrait quand même voir à pas non plus pousser Jean-Claude dans les coussins de belle-mêre, non ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Aménagements idiots
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 14:10

Vélo'v à Lyon, Vélib' à Paris, V'Hello à Aix, Villo à Bruxelles, Bicloo à Nantes...

 

Quelle que soit la ville, les créatifs locaux (ou ceux de leur constructeur), avaient jusqu'à présent toujours réussi à inventer des jolis noms pour les VNPD (Vélos Nucléaro-Publicitaires Decaux).


Savez-vous pourquoi Marseille est la seule et unique ville qui n'ait pas su inventer un tel patronyme chantant ou poétique, et les ait appelés tout bêtement  "Le Vélo" ?

 

marseille-levélo


Eh bien, laissez-nous vous raconter cette anecdote...

Un beau jour des temps anciens, en juillet 2007 ou 2008, on ne sait plus, Monsieur le Grand Fermier de l'Etat, JC Decaux, s'en vint demander audience à la Cour, à Sa Majesté Gaudin le Premier, Edile de Marseille. Ceci dans l'intention de lui montrer et si possible de lui vendre, une bonne entourloupe publicitaire et onéreuse de son cru, déguisée sous la forme de vélos en location.


Or donc, intrigué par la forme étrange de cet objet qu'il n'avait jamais vu de sa vie entière, Notre Bon Maire s'écria spontanément , avec le naturel qu'on lui connait :


"Alors ça par exempleu, mon bon Monsieur Decaux, me direz-vous quelle est donqueu cette étrange invention ?
- Mais, euh, Monsieur le Maire, comment vous dire, ce n'est pas vraiment une invention... c'est juste un vélo !
- Un vé-lo, vous dîtes ?
- Certes, Monsieur le Maire.

 

Sa Majesté Gaudin le Premier, pensive, attrapa deux ou trois de ses mentons dans sa main, et réfléchit quelques instants devant l'étrange objet.

 

- Eh bien, puisque c'est ainsi, Nous l'appelerons... "Le Vélo" !

 

  Et fort heureux de son idée, Sa Suffisante Opulence signa le parapheur que lui tendait, courbé, le commerçant Decaux tout sourire...

 

Et c'est ainsi que les VNPD de Marseille se trouvèrent affublés de cet étrange et trivial patronyme...

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:21

N’importe quelLE cycliste marseillaisE, surtout qui passe sur le Prado tous les jours, aura compris à la lecture des deux posts précédents sur le sujet, de quoi il s’agissait !

 

UnE Cycliste EnragéE a pris l’initiative de déboulonner l’ensemble des panneaux ronds d’interdiction aux vélos des deux Prado !

 

Par souci de pédagogie, un petit autocollant a été collé à la place de chaque panneau afin d’expliquer cette action, dont voici le texte :

 

Espace Rendu aux Vélos !

Cette « piste cyclable » (ridicule et dangereuse) n’est plus interdite aux cyclistes par la Loi depuis le 15.12.2009

(cf. Jugement de la Cour Administrative d’Appel de Marseille, N°09MA00773 du 15.12.2009)

 

Attention ! Déboulonner n’est pas voler : aucun d’entre eux n’a été emporté plus loin qu’à 3 mètres de son point d’attache. Et nul doute que les services municipaux de voirie et de propreté, vigilants et collaboratifs, ont su collecter au fur et à mesure ces panneaux de retour (qui resserviront sûrement ailleurs un jour dans la cité Phocéenne). Les Marseillais, dont le civisme est légendaire, n’auront certainement pas manqué de signaler le fait. Et l'on n'a certes rien à craindre en matière de vol, dans ces quartiers chics et bien-votants du 6e et du 8e arrondissement.

 

Seuls les boulons - nous y voilà ! - ont été gardés, afin que par inadvertance on ne remette pas en place des panneaux obsolètes et même pire, illégaux. Le CCE réfléchit actuellement à une manière amusante et si possible médiatique de les rendre à leur propriétaire, la Ville de Marseille, et accepte toutes les suggestions à ce sujet...

 

Notez que curieusement, on est tombé sur 29 panneaux, et non pas 30, mais il semble qu’un d’entre eux avait déjà été déposé avant cette petite action de désobéissances civico-cycliste. Bref, ce n’est pas la révolution ni la vélorution, mais c’est à notre avis, le premier pas sur la voie active qui reste à trouver pour faire progresser le vélo à Marseille, puisque la concertation en la matière n’a jamais rien donné.

 

Le Collectif Cyclistes EnragéEs est très fièrE d’avoir rendu plusieurs kilomètres de pistes cyclables (certes moches et mal foutues) à la circulation cyliste et d'avoir aidé bénévolement la Ville de Marseille ! Qu'est-ce qu'on dit ?

 

Le Collectif Cyclistes EnragéEs vous donne rendez-vous bientôt pour de nouvelles actions, et attend toutes vos propositions en la matière ! Et il vous invite en attendant à vous approprier, à titre de déco de vélo (ou de garage à vélo), les jolies images qui ont été mises en ligne.

 

CCE - Action

 

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Actions
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 09:45

Curieux décalage temporel : début 2009, la Ville de Marseille a été condamnée en première instance à interdire ou à mettre en conformité ses "pistes cyclables" du Prado dans les deux mois. En mai 2009, à peu près dans le délai imparti, une trentaine de panneaux doubles avait bien été posée (sur la base d’arceaux en ferraille qu’il a fallu implanter d'abord dans le sol). 

 

pistecyclableinterdite.jpg

Autrement dit, des travaux d’aménagement de voirie pas tout à fait légers, réalisés sous contrainte, mais dans les temps. Pour mémoire, ça a fait rire l’Europe entière, Belges, Suisses, Allemands, Anglais - d’après une revue de presse faite sur le web. Ca faisait même rire Jean-Pierre Pernaut sur TF1, c’est dire. Bref tout le monde a bien rigolé sauf les cyclistes de Marseille, dindons de la farce comme d’habitude…

 

Le 15 décembre 2009, par jugement de la Cour Administrative d’Appel de Marseille, (N°09MA00773 du 15.12.2009), la condamnation a été annulée. Donc les "pistes cyclables" du Prado sont redevenues légales (et les panneaux, obsolètes voire illégaux). On aurait donc pu s’attendre à ce que ces panneaux ridicules soient enlevés aussi sec ?

 

Que nenni. Le 15 mai 2010, soit 5 mois après, un piéton, un huissier de justice ou même Mamie Thérèse pouvaient très bien constater que l’ensemble des panneaux était encore là…Et les cyclistes pouvaient donc continuer, pour encore longtemps, à recevoir de la part des piétons diverses imprécations, menaces et autres invitations sodomitales à quitter les terre-pleins du Prado, jusqu’à preuve du contraire toujours « interdits aux vélos ».

 

Le problème est que, se faire engueuler quand elles sont dans leur bon droit, certaines personnes ont du mal. Et que s’arrêter trois fois dans un trajet pour expliquer une décision de justice, il peut arriver qu’on ait pas que ça à foutre, surtout si on va au travail. A force, c'est des trucs à devenir ... un vélo méchant.

 

D’où la question pragmatique qui est rapidement apparue : rétablir la justice et la concorde sur les terre-pleins du Prado, n’était-ce pas simplement un problème de boulon ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Actions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • : Le collectif des cyclistes marseillaisEs qui ne veulent plus être gentilLEs........... (Félicitations, insultes, contributions bienvenues : collectifcyclistesenrageEs[a]yahoo.fr)
  • Contact