Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 10:15

velibmort--01-_s.jpg

 

Trouvé sur le Prado 2.0 la semaine dernière, au matin : un Vélib abandonné tout seul (sur béquille), et désossé de tout ce qui en était désossable. Voilà qui complète et illustre utilement notre autopsie du Vélib !... Si des fois ça traversait l'esprit à quelqu'un : nous n'y sommes évidemment pour rien, nous ne ferions JAMAIS de mal à un vélo, fut-il nucléaro-publicitaire Decaux...

 

velibmort--2-_s.jpg

 

D'ailleurs s'il fallait une preuve supplémentaire que ce n'est évidemment pas un cycliste qui a fait ça : il aurait au moins récupéré le cablage de freins, les pédales et tout un tas d'autres choses utiles et réutilisables. Réduit à sa plus simple expression, et avec un pneu crevé pour faire bonne mesure, la pauvre bête a sans doute dû être ramassée depuis par un croquemort à Vélib (à moins qu'un riverain ne l'ait mise à la benne) : en tout cas elle n'était probablement plus réparable....

 

velibmort--3-_s.jpg

 

Il s'agit donc là d'un acte de vélophobie caractéristique, comme on espérerait ne plus en voir à Marseille (l'auteur de ce post a déjà retrouvé son vélo démoli, sans autre forme de procès ni trace de tentative de vol, à la sortie d'un concert...). Le seul intérêt de ce triste fait divers est de révéler que sous ses capots disgracieux, même un Vélib recèle la grace naturelle d'un vélo de Leonardo Da Vinci :  ainsi désossé, il est finalement assez élégant.

 

C'est donc ici, et nulle part ailleurs, que vous trouverez son épitaphe cycliste, qui vaut d'ailleurs pour toutes les futures bicyclettes "Le-Vélo" qui seront victimes de vandalisme fatal :

 

Il a rêvé d'être aimé

D'être très utilisé,

Il ne fut que rar'ment loué,

Et plus souvent violenté.


Il est mort assassiné,

D'un acte vil et tordu,

Vélophobe tu mérit'rais

Un très grand coup d'pied au c...

 

Repose en paix, malheureux Vélib...  Puisses-tu te réincarner en fringante bicyclette, et dans une ville où tu seras aimée et respectée.

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 08:00

Eh oui, que voulez-vous, pour attirer l'attention, de nos jours, il faut des titres percutants ! Celui-ci est bien sûr volontairement provocant, mais ne doit surtout pas être pris au pied de la lettre : il mérite donc quelques explications !

Flyer rectoA5 PC version web

 

 Bien entendu, la Fête du Vélo est un événement annuel joyeux et convivial, organisé par le très méritant Collectif Vélos en Ville, et il se trouve qu'en 2011, ce dimanche 29 mai 2011, son programme détaillé est particulièrement riche et alléchant : il serait bien dommage de s'en priver par mauvaise humeur !


Il n'en reste pas moins que la Fête du Vélo, tout comme la Journée de la Femme, ne devrait pas exister dans un monde meilleur. Pensez-y, car c'est exactement le même concept : célébrer sur une seule journée un concept de respect mutuel qui devrait naturellement s'appliquer tout au long de l'année ! Or, comme on le lit régulièrement sur notre blog, 364 jours par an, les cyclistes ne sont pas DU TOUT à la fête à Marseille !

 

etschplaff (2) s

 

Nous avons distribué, à l'occasion de la Fête du Vélo 2010 (il y a un an presque jour pour jour), un tract explicatif aux participants, qui détaillait en quoi l'existence de cette Fête était pratiquement insultante dans une ville comme la nôtre. Strasbourg a-t-elle besoin d'une telle fête, avec ses 450 km de pistes cyclables sécurisées ? Non, bien sûr que non : elle a fait sa Vélorution il y a 25 ans !

 

Car un an après la Fête précédente, on constate que, si quelques mètres de piste cyclables ont bien du être éructés de ci, de là, si la Communauté Urbaine Marseille-Provence-Métropole a récupéré la compétence des aménagements cyclables, pas un itinéraire n'a été complété ou sécurisé, pas un tronçon de piste n'a été repeint ou mieux signalisé : pas une ligne de notre tract de juin 2010 n'est, hélas, à changer !

  pistecyclableinterdite

La seule amélioration notable, mais très anecdotique, est la disparition des fameuses pistes cyclables interdites aux cyclistes du Prado 1.0. Et encore, le Collectif Cyclistres EnragéEs a-t-il du les déboulonner lui-même pour accélérer la manoeuvre, presque 6 mois après que la Loi ait rendu cette interdiction illégale !

 

Nous ne croyons pas au futur et hypothétique "Schéma Directeur des Modes Doux" sur lequel travaille la CU-MPM et qui sera peut-être, avec de la chance, développé à partir de mi-2012. D'ailleurs nous ne croyons plus aux promesses des éluEs, fussent-ils bleus, rouges, roses ou verts tendre, qui viendront comme chaque année se pavaner lors de la Fête, sur leur vélo des dimanche-à-la-campagne, bien à l'abri d'une sécurité assurée bravement par des bénévoles du CVV ou de la Vélorution de Marseille...

 

piste-disparue (2) s


Nous croyons dans le panneau,  dans le pinceau et même, dans une vraie répression du stationnement dangereux, les seules choses qui viendraient enfin nous éviter de risquer nos vies tous les jours !

 

Voilà déjà un an que le CCE s'énerve contre les aménagements idiots réalisés ou à venir de la ville de Marseille, ainsi que contre tout ce qui met la vie des cyclistes en danger, produit des documents sur la difficulté de faire du vélo à Marseille, analyse pourquoi le Vélib Decaux est voué à l'échec dans cette ville, ou encore réalise des actions modestes et pataphysiques pour attirer l'attention des édiles sur leur pitoyable gestion de l'opportunité cycliste.

 

detourn-gaudin


Nous continuerons ce combat, car ne vous y trompez pas, au vu des intérêts et des lobbys en jeu (bétonneurs, publicitaires, chauffeurs de taxi et autres édiles bagnolophiles...), c'en est un ! Nous avons la conviction que personne ne viendra nous offrir l'arrivée réelle du vélo à Marseille, il va encore falloir pédaler de rage, gueuler bien fort pour se faire entendre et, s'il le faut, plier quelques rétroviseurs pour attirer l'attention des chauffardEs...

 

PF1-vélo (03)


Nous répétons pour conclure que nous sommes preneurs de toute contribution à notre action, non violente mais résolument agitatrice : cyclistes (et piétonNEs qui êtes nos alliés objectifs) vous êtes les bienvenuEs ! En attendant et pour une journée, fêtons donc ensemble et "sans arrière-pensées" le Vélo à Marseille : Vive le vélo, véhicule d'avenir !

 

Collectif Cyclistes EnragéES, Marseille, le 29 mai 2011

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 10:07

(NdCCE : en noir, contribution externe : grand merci à Mathieu !)
Me promenant rue de la République (aménagement réputé pour ses larges pistes cyclables), je lis sur les affichages publicitaire de notre bon JC DECAUX que MPM organise un (tenez vous bien) "PLAN CLIMAT" étoffé de bonnes résolutions. La résolution mise en valeur sur l'affiche est la numéro 2: "POUR ALLER AU BOULOT JE PRENDS MON VELO" (que voici :

Résolution-n-2
Je me dis alors qu'enfin MPM et notre autoritaire M. CASELLI vont prendre des décisions en faveur de l'utilisation du vélo dans la Communauté Marseillaise. (Eux-même qui, depuis qu'ils en ont repris la compétence, n'ont pourtant pas trouvé un euro pour repeindre ne fut-ce qu'un mètre de piste cyclable dans Marseille...)

C'est plein d'enthousiasme que je me rends sur le site internet présenté sur l'affiche afin de prendre connaissance des ces initiatives. Et là déception, rien... ou presque. J'ai déjà mis un peu de temps à comprendre de quoi il s'agissait, puis j'ai fini par comprendre que MPM a déposé (avec nos sous de nos impôts) la marque BILAN CARBONE (R) dont on ne comprend pas trop l'utilité.

 

Pourquoi ne pas utiliser des méthodes de calcul des rejets de CO2 déjà existantes? Non, il faut être en adéquation avec la droite ligne de la communication à MPM, c'est à dire qu'un vélo en libre service payant s'appelle un LE VELO (R) et qu'un bilan de nos émissions de carbone s'appelle un BILAN CARBONE (R).

(NdCCE : sauf erreur, le Bilan Carbone est une marque nationale de  l'ADEME, correspondant à une méthode normalisée de mesure des émissions :  pour le nom, la CU-MPM n'y est pour rien... cela étant c'est un diagnostic, pas un plan d'actions et encore moins, des actions concrètes : faire le lien avec la promotion du vélo est donc fort prématuré, voire légèrement malhonnête de leur part...)

 

Mais revenons en à notre sujet, à savoir les déplacements en bicyclette. On cherche, on cherche sur le joli site internet comment circuler en vélo va être rendu plus aisé dans les semaines, mois, années, décennies ou siècles à venir à Marseille. Et puis, au détour d'un clic on tombe sur les actions que MPM engage:
"Vélos et modes doux : Actuellement, 1 000 vélos en libre service (Le Vélo) répartis sur 130 stations sont utilisés quotidiennement par les administrés. Entre 5500 et 6500 prises de vélos par mois sont effectuées. Cette action s’inscrira dans un Schéma directeur des modes doux, en cours de réalisation. Un diagnostic des besoins en transports alternatifs, notamment pour le développement des véhicules électriques, est également en cours"

On apprend donc qu'un LE VELO (R) de JC DECAUX est utilisé 6 fois en moyenne par mois à Marseille, là ou le VELIB (R) parisien est utilisé 3 fois ... par jour ! Et surtout rien de nouveau ne va être fait. Aucune annonce, aucun aménagement... tout va bien il y a déjà suffisamment de cyclistes à Marseille...

 

Conclusion : Réjouissant chiffre en effet que celui-ci, fourni par la CU-MPM elle-même, qui ne fait que confirmer de façon éclatante notre diagnostic d'il y a quelques mois, celui du fiasco du Vélib à Marseille.

 

Et pendant ce temps-là, la Ville de Marseille continue à considérer le vélo uniquement comme un loisir événementiel, organise un deuxième Vélotour payant dans la ville (avec d'autres grands amis de l'environnement...). Au fait, la Ville de Marseille et la CU-MPM ne manqueront pas non plus de lâcher leur obole pour l'1/365ième du temps où le Vélo est en Fête à Marseille...

 

Du Pain et des Jeux, Panem et Circenses, c'était justement le sujet du tout premier post de ce blog !!

 

Une brève pour finir : une pétition à signer pour obtenir enfin la mise en place nocturne du service Le Vélo à Marseille.

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 14:08

Bikestuff11 (01) s

 

Un membre éminent du CCE a récemment fait un séjour aux Etats-Unis dont il nous rapporte quelques illustrations visant à "illustrer" le titre de ce post. Tout d'abord ce panneau, certifié flashé "in the middle of nowhere" en plein Texas : eh oui, en pleine cambrousse aussi on rappelle systématiquement l'existence des vélos (sauf erreur ce n'est pas souvent le cas en France, même sur nos départementales...)

Le simple fait qu'il ne soit pas criblé de trous de chevrotine (comme c'est souvent le cas sur les panneaux de signalisation, dans cette zone d'agités de la gachette) montre que ce panneau fait consensus et qu'il est respecté !

 

Bikestuff11 (02) s

 

Bien sûr, les cousins à pignon fixe des USA n'ont rien à envier en beauté aux français, en témoigne ce fort beau spécimen notamment, stationné au Nouveau-Mexique. Bien sûr, pour sortir un tel vélo à Marseille, il faudrait au moins 2 cadenas en U et surtout, SURTOUT, ne pas l'attacher simplement par la roue comme celui-ci... On note quand même en passant que le risque de vol de vélo semble donc faible aux USA, y compris en ville, ce qui est un argument comme un autre pour inciter les gens à sortir à vélo ! Mais enfin là, on est dans un question d'éducation et de caractère anglo-saxon, non transposable chez nous...

 

Bikestuff11 (04) s

 

La mouvance "fixie" étant plus avancée aux USA qu'en France, il n'est pas rare d'y croiser de vrais "bolides" dans les rues, du genre qui écrasent les voitures au carrefour, à San Francisco et ailleurs. En témoigne celui-ci à l'allure très sportive, dont le propriétaire est un tel fonceur qu'il y a mis, contrairement à l'usage... deux freins ! Il faut noter qu'on est ici en Arizona, en plein territoire Navajo (où l'alcool est interdit) et que ces gens conduisent bien plus prudemment que nous en ville : ce type doit donc VRAIMENT être un Fangio de la Petite Reine pour avoir besoin de 2 freins...

 

Bikestuff11 (06) s

 

Bien évidemment, on croise aussi des fixie à l'allure plus "pépères" ou "daily" (c'est-à-dire, n'attirant volontairement pas l'attention), comme celui-ci, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à celui d'un membre tout aussi éminent du CCE. Selon la même logique que l'utilisation d'un simple U au cadre pour un vélo flashy : celui-ci d'allure plus discrète n'a MEME PAS besoin d'être attaché ! Là, les pauvres marseillaisEs que nous sommes commencent à baver sérieusement d'envie...

 

Bikestuff11 (03) s

 

D'ailleurs la mouvance cycliste militante aux States est très vigoureuse et s'exprime par divers moyens, comme semble-t-il ce pochoir à vocation militante/esthétique qu'on voit un peu partout à Flagstaff, Arizona...Bien évidemment chacun sait que les "Critical Mass", ancètres de nos Vélorutions, viennent aussi des USA.

 

Bikestuff11 (05) s

 

Pour en revenir à cette ville de Flagstaff, certes de taille moyenne (mettons, comparable à Aix-en-Provence), elle a pourtant fait d'énormes efforts pour le vélo, qui se remarquent sans peine aux quatre coins de la ville. Montrez-nous un mur, un seul, dans les Bouches-du-Rhône qui ait été consacré à la promotion du vélo, si vous êtes cap' !

 

Bikestuff11 (07) s

 

La Ligue des Cyclistes américains lui a d'ailleurs décerné il y a 5 ans un label qu'on peut essayer de traduire en "Communauté Amicale envers les Bicyclettes" (le panneau est ancien, mais elle l'a toujours !), label que seul Strasbourg, Alsace, semblerait pouvoir revendiquer en France en 2011 ! Le jour où Marseille obtiendra un tel logo, l'ensemble des membres du CCE s'engagent à faire toute une Vélorution cul-nus, et entièrement peints en bleu !!

 

Bikestuff11 (08) s

 

Un peu plus loin, à Los Angeles Californie, pourtant réputé temple de la bagnole (certes, c'en est un), le cycliste en vacances passe quand même pas mal de temps (bagnolé au feu rouge) à envier ses cousins d'amérique, qui passent partout et tout le temps, à belle allure sur leurs fixed gears rutilants...

 

Bikestuff11 (09) s

 

L.A. étant la ville de la frime par excellence, le vélo y sert d'atout pour attirer l'attention, et ils y sont encore plus beaux qu'ailleurs. Sur Venice Beach notamment, il est de bon ton de venir exhiber sa plus belle paire... de roues :  la mythique piste cyclable qui longe la plage (celle où a été inventé le roller) est parcourue de créatures cyclistes souvent splendides !

 

Bikestuff11 (10) s

 

Bien sûr l'Amérique c'est aussi et tout d'abord un belle tradition de la bicyclette confortable et classieuse (voir les magnifiques modèles de marque "Schwinn" - dont les plus anciens sont assez recherchés), qui elle aussi envahit les trottoirs. On se prend à regretter de ne pas avoir la place de ramener un de ces beaux modèles à guidon large et haut, pour faire baver les copains et copines...

 

Bikestuff11 (11) s

 

A savoir, la plage de Los Angeles, c'est le spot principal où viennent frimer les acrobates à vélo, des types qui roulent sans effort en marche arrière, par exemple - ça fait toujours son petit effet ! Quoi qu'il en soit le vélo en ville est devenu l'objet de frime du 21ième siècle aux USA et ça, ce n'est pas précisément la marque d'un pays de salauds de pollueurs...

 

Bikestuff11 (12) s

 

D'ailleurs s'il fallait encore un argument pour s'en convaincre : il y a depuis quelques mois pas moins de 3 catégories de pistes cyclables différentes à Los Angeles :

- les "bike routes" de Classe I sont celles en site propre, et franchement il y en a un paquet sur les grands axes ;

- les "bike routes" de Classe II sont les bandes cyclables de bord de rue QUE TOUT LE MONDE RESPECTE (un simple stationnement semble garantir un "tow-away" rapide par la fourrière qui ne plaisante pas, là-bas) ;

  - et la vraie innovation, c'est les "bike routes" de Classe III (une photo glanée ici sur le web, plus réussie que la nôtre) : des itinéraires de rues calmes conseillés aux vélos, permettant de traverser la ville, et explicitement marqués au sol (un marquage tous les 10 mètres constaté !) : des rues où les vélos sont bien évidemment prioritaires.

Ca aussi, ça fait rêver, et encore une fois, c'est dans la capitale mondiale de l'auto que ça a été inventé.

 

Américains, salauds de pollueurs ? En tout cas nous, on veut bien demander l'asile cycliste chez vous !

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 18:15

etvous-646px-Microphone électrostatique(wikipedia)

C'est vrai, ici, depuis juin 2010, on râle en essayant d'être le plus vexant possible, et on démonte les aménagements (parfois même physiquement), en essayant de taper nos édiles vélophobes là où ça leur fait le moins mal : au cerveau.

 

Mais on ne connaît pas toute la ville, toutes les réalisations ni tous les projets. On ne prétend pas tout connaître ! Et le temps nous manque pour répertorier les "Et Schplaf ! le Cycliste" qu'on aperçoit chaque jour...

 

Autant on se sait entourés de cyclistes enragéEs, autant les membles officiels du CCE se comptent à ce jour sur les doigts d'une main : Mr Miolito, Matou Tamer, Couguar Rider, Vélo dü Dolle...et quelques sympathisants déclarés mais non officiels.

 

Alors le moment est venu de vous demander :

Qu'est-ce qui vous fait râler, cyclistes marseillaisEs ?

De quoi est-ce qu'on a jamais râlé ici ?

Qu'est-ce qui vous ferait rêver, votre vélo et vous ?


Aimeriez-vous, vous aussi, traîner le Maire du 6-8ième, ficelé dans une charrette avec une sonnette de vélo dans la bouche, à la prochaine Vélorution ?

Quel est votre point dangereux préféré (ça peut servir pour en rire mais aussi pour en avertir les autres bien sûr...)?

 

A vous de répondre, en cliquant sur "Commenter !" (c'est sans inscription), on reprendra tous les posts dans l'article !

 

Joyeuses fêtes en attendant de nouvelles aventures,

 

Contributions reçues :

 

Forcer Gaudin à traverser Marseille à vélo, de bonneveine jusqu'aux aygalades !

Commentaire n°1 posté par Coco il y a 3 jours à 17h58

Je pense souvent à votre article sur l'archéologie urbains en voyant les symboles cyclistes qui continuent à disparaître tranquillement. Il faudrait en faire la cartographie et interpeller la Ville pour savoir si ces emplacements ne sont pas délibérément abandonnés.

Commentaire n°2 posté par M. Caloque aujourd'hui à 10h00

Bonjour à tous les protagonistes qui nourrissent et entretiennent ce site et merci de ce que vous faites sans concession.Il est vrai que je suis assez désabusé par la politique de la ville de marseille en matière de péplacement alternatif et donc vélo et je crois que cela n'est que le reflet plus général d'une gouvernance aveugle, sourde et obsolette.

Concernant marseille,dont je ne suis pas originaire ,une partie du problème se trouve aussi dans la mentalité des marseillais mais peut on rééduquer les gens je ne le crois pas sincèrement.En ce qui me concerne,j'aimerai voir fleurir des parking aménagés et sécurisés pour les deux roues, de véritables pistes cyclables gagnées sur le territoire des autos et une véritable police à deux roue sensibilisée à notre problématique et prête a sanctionner les comportements irrespectueux ,dangereux en vue d'une éradication totale.

Je pense malheureusement et j'en suis le premier désolé que c'est a ce prix là que nous pourrons instauré un respect de l'autre que nous n'avons pas dans ce pays et encore moins, beaucoup beaucoup moins à marseille. Je suis désolé si mes propos peuvent affectés certains autochtones mais je ne crois pas que c'est en magnant l'hypocrisie que les choses changerons.Merci à vous pour cet espace d'expression bonne fêts à tous LAURENT

Commentaire n°3 posté par laurent aujourd'hui à 10h25

 

 

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 10:35

(Mai 2011) : Bienvenue sur (curieusement !) l'un des post les plus lus de ce blog ! Bien évidemment son titre en trompe-l'oeil ne doit pas vous faire croire que quelque chose a changé depuis sur le Prado : pas un panneau n'a été posé, pas un mètre de ligne blanche ou un teston de symbole cycliste n'ont été repeints depuis... ils continuent donc à s'effacer dans l'indifférence générale, tandis que  les cyclistes et les piétonNEs continuent à s'emm... mutuellement.

 

Oui, oui, ça paraît incroyable, mais la Mairie du 6-8e, celle du cyclophobe Monsieur Tian, a finalement réalisé quelque chose d'utile pour les cyclistes sur l'ensemble du Prado qui va de Castellane au Rond-Point. Vous ne voyez pas ? Il faut dire que c'est pour une fois très bien fait ! C'est tellement énorme que le CCE avoue que cela lui a échappé : impossible de savoir de quand ça date exactement, disons d'il y a moins d'un mois en tout cas....

 

pistecyclableinterdite

Ne vous faisons pas languir plus longtemps : les arceaux arrondis, qui portaient les fameux panneaux "Interdit aux cyclistes de plus de 8 ans" (ceux qui ont fait marrer l'Europe entière, ces panneaux illégaux que le CCE a aimablement déboulonné, en délégation autonome de service public), ont tous été démontés ! Et même, les trous dans le revêtement au sol ont été rebouchés. Du coup, pas de photo : pour une fois, il n'y a plus rien à voir...

 

Pourquoi est-ce en soi un aménagement utile pour les cyclistes ? Eh bien tout simplement parce que, outre ces panneaux débiles, les arceaux eux-même étaient une vraie entrave à la circulation sur les "pistes cyclables" (ha, ha) du Prado, au même titre que les publicités Decaux et autres bittes & barrières anti-stationnement.

 

Bref, ça fait juste 30 trucs en moins sur le chemin pour emboucaner les piétons et les cyclistes : ça n'en est pas moins un progrès. Ils ont quand même fait une belle carrière d'obstacles de 19 mois environ, de leur installation en mai 2009 à leur démontage en novembre ou décembre 2010...

 

panneau_piste_cyclable.gif

Bon bien sûr, une autre solution plus durable et intelligente aurait été de les utiliser, puisqu'ils étaient là, pour réaffirmer au contraire la présence de "pistes cyclables" (ici, un panneau "piste cyclable obligatoire" à titre d'exemple), et se rapprocher ainsi d'un aménagement normal et acceptable. Mais enfin comme le disait Georges Brassens : "Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c..., on est c... !"

 

Pour conclure, nous souhaitons tout de même signaler qu'en tant que co-opérateurs bénévoles du démontage de ces panneaux, il ne nous semblerait pas anormal de recevoir une jolie carte de voeux de la Mairie du 6-8ième, ou une invitation à des voeux 2011, voir même une boîte de chocolats, d'autant qu'elle n'a jamais jugé utile, ni courtois de répondre, même pas un gros mot, à notre fameux courrier à boulons.

 

Cela étant pour Noël, soyons modestes et réalistes en temps de crise, nous aimerions un tout petit cadeau : qu'on repeigne un tout petit peu les symboles cyclistes bientôt disparus sur ce même Prado. Mais bon, on a hélas passé l'âge de croire au Père Noël.

 

Joyeuses fêtes à tous les usagers non motorisés du Prado !

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:32

ilsessayentdedireqqch (1) s

 

Relevés récemment, une série d'étranges pictogrammes sur la piste cyclable située entre le Rond-Point du David et Epluchures Beach : deux symboles de cyclistes, de facture différente mais apparemment du même âge (usure comparable), reliés par une flèche, le deuxième étant d'un dessin plus sommaire que le premier.


Manifestement, la Mairie essaye de nous dire quelque chose !

 

ilsessayentdedireqqch (2) s
Pas mal d'interprétations sont possibles, voici celles que nous avons trouvé (d'autres contributions sont les bienvenues !) :
- "Continue le vélo et on te coupera une jambe" (NB : celui de devant est unijambiste) ;
- "Le vélo est une régression" (NB : celui de devant est plus grossier) - ça expliquerait pas mal de choses par ailleurs pour la non-promotion du vélo en ville à Marseille, le but, finalement très humaniste, serait alors de nous éviter une régression humiliante vers l'animalité.
- "Zone de course-poursuite cycliste" (on y perçoit un je-ne-sais-quoi qui incite à la vitesse) ;
- "Zone où vous pouvez rentrer dans le vélo qui roule devant le vôtre" ;
- Dans le même registre de contact corporel avancé entre cyclistes : "Les cyclistes sont tous des p... !" (non, celle-là est vraiment trop explicite, et pourtant c'est une insulte que les cyclistes mâles sont habitués à entendre régulièrement, de la part des bagnolards et même des bagnolardEs).

Bref, le CCE est incapable de trancher entre ces différentes explications. Et pourtant, vu la parcimonie du marquage cycliste à Marseille (voir notre post concernant l'Archéologie urbaine), un tel marquage ne peut pas être le fruit du hasard. Une idée, quelqu'un ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 16:37

piste-disparue (01) s
Eh bien un archéologue, dans quelques centaines ou milliers d'années, après avoir suffisamment creusé, retombera sûrement sur ces étranges marques à demi-effacées, un peu partout sur les Prados 1 et 2.

piste-disparue (2) s
On utilisera certainement toujours des vélos dans l'avenir (même dans un avenir lointain). La forme lui sera donc familière : Il en déduira sans peine que ces marques invitaient autrefois à passer ici à vélo.

piste-disparue (3) s
Il en concluera certainement par ailleurs qu'au vu de leur état, elles datent toutefois d'une civilisation bien antérieure à la nôtre. Autrement dit que Marseille a été cycliste, longtemps avant 2010, mais ne l'est plus.


piste-disparue (4) s
Il sera très fier d'en retrouver un peu partout, de ces marques grâce à son sens de l'observation, y compris certaines qui sont vraiment TRES ténues... Il en trouvera d'ailleurs aussi ailleurs dans Marseille, boulevard Longchamp, ou boulevard Chave, par exemple.

piste-disparue (5) s
Sa déduction sera d'autant plus logique qu'il aura bien noté que chaque fois qu'on repose du bitume en 2010, on les efface un peu plus (ici, aménagement du tunnel Prado sud et, ci-dessous, tiens-tiens, raccordement d'une station Vélib'...


piste-disparue (6) s
Conclusion : si notre civilisation disparaît demain, on écrira des bêtises dans les livres d'histoire d'après-demain, attestant d'un modèle de civilisation cycliste qui n'a, à ce jour, jamais existé à Marseille... C'est un peu déprimant quand même, non ?

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 12:56

L'expérience des vélos en libre service était à la base une belle idée, en tant que transition possible depuis un système du tout-voiture Pompidolien et périmé, vers les modes de transport doux et forcément multi-modaux de l'avenir. L'idéal étant bien sûr d'atteindre une masse critique de vélos pour faire changer les comportements, et de donner envie aux gens de ressortir leur propre biclou, les Vélos Nucléaro-Publicitaires Decaux (VNPD) ayant vocation à disparaître, à terme.

 

On laissera de côté l'aspect publicitaire et l'intérêt bien compris du prestataire Decaux (cf post précédent "L'Etrange Histoire de Le Vélo »), pour rendre justice au seul point positif de l’expérience : force est de constater qu'il semble y avoir un (tout petit) peu plus de vélos dans Marseille qu'avant les VNPD, qu'ils soient de location, ou pas.

 

Le problème est que l'expérience de "Le Vélo" à Marseille depuis fin 2007 est, et peut-être de plus en plus, menée n'importe comment. Même des utilisateurs occasionnels comme les cyclistes réguliers que nous sommes, peuvent s'en rendre aisément compte, en ne prenant pourtant ces vélos qu'à titre de dépannage... A cela, pas mal de raisons qu'il convient de lister le plus précisément possible : une autopsie, c'est scientifique !

 

Le Vélo 2 (Marseille) DominiquePipet flickr

(Photo © Dominique Pipet)

 

1) Remplissage/Vidage des stations : le grand n'importe-quoi !

 

Bien évidemment la gestion de flux de vélos en libre-service nécessite un suivi fin des usages et des comportements. Et à l'occasion une régulation par camion, qui consiste à ramener des groupes de vélos aux points de départ. Cela se pratique régulièrement à Lyon et à Paris, généralement vers les points hauts (qui sont aussi les quartiers d'habitation : Croix-Rousse, Montmartre...). Le site web du service de Marseille étant capable de dire en temps réel la localisation des vélos par stations, on pourrait croire qu'un tel suivi des flux est assez facile.

 

Eh bien, non. A Marseille, les VNPD sont là depuis trois ans à ce jour. Pour autant en matière de gestion des flux, les employés Decaux/Cyclocity à Marseille n'ont manifestement rien appris, rien retenu, rien compris... Faites le test : il n'y a jamais de vélos aux points hauts de la ville, jamais de place aux points bas. Ou plus généralement, jamais de vélos aux points de départ (quartiers d'habitation), jamais de places aux points d'arrivée (quartiers de travail et zones touristiques).

 

Expérience arrivée 3 fois de façon similaire à un usager en 2 ans et refaite ce jour-même : 4 stations vides dans le quartier La Plaine / Cours Julien à 8 h 30 (pourtant habités de ces horribles bobos que la mairie déteste - pas le plus mauvais public pour des vélos !), puis 4 stations pleines d'affilée sur le Prado (pourtant pas le quartier avec la plus forte pression cycliste...) à 9 h 00.

Bien évidemment quand un trajet à vélo qui devrait durer 25 minutes, dure 25 minutes + 10 minutes de recherche de vélo avant + 10 de recherche de place de vélo après = 45 minutes, il perd beaucoup de son intérêt !

 

A partir de là, deux hypothèses :

 - à 7 h 30 chaque matin, les stations de départ sont pleines et les stations d'arrivée sont vides, et un énorme flot de cyclistes VNPD les prend d'assaut quotidiennement. C'est une bonne nouvelle, sauf que ça paraît un peu trop beau pour être vrai. Et même dans ce cas il y aurait lieu d'organiser un flux contraire de retour de vélos aux points de départ... ce qui optimiserait le service pour les "salopards de privilégiés" qui embauchent à 9 heures ou plus tard, et sont quand même assez nombreux si l'on en juge par les embouteillages encore observés à cette heure-là (au fait Marseille a fini 8ième au concours des villes les plus embouteillées d'Europe en mars 2010, pas mal non ?)

 

- ou alors, les équipes Decaux, au lieu de gérer des stations "intelligemment remplies" (mettons entre 1/2 et 2/3), remplissent les stations au coup par coup. C'est hélas l'hypothèse la plus vraisemblable, d'autant qu'on les a déjà vus faire : si j'ai rempli une station, j'ai bien travaillé, fini, parti ! Et tant pis s'il n'y a pas de vélos disponibles dans la station d'â côté, et tant pis si on ne peut pas en déposer un ici, c’est pas mon problème... Essayez de leur dire, pour voir : ils s’en fichent, ils sont comme l’allumeur de réverbère du Petit Prince : « La consigne, c’est la consigne… »

 

Le Vélo 1 (Marseille) wikipedia s

2) L’état des vélos VNPD : de surprise en surprises...

 

L'autre souci, plutôt d'ordre technologique que marseillais, est l'état des vélos et le fonctionnement de l'outil de diagnostic dans les stations. Bien évidemment un objet en libre service a vocation à se détériorer, il n'est pas choquant que la station refuse de délivrer des vélos qui ne sont pas en état de rouler de façon sûre. C'est même plutôt rassurant, en théorie.

 

Voici cependant un rapide inventaire des pannes observées sur des vélos délivrés tout à fait normalement par Decaux entre 2008 et 2010 (pas toutes sur le même, bien sûr !) : pneu avant crevé ; pneu arrière crevé ; absence de pneu avant ; vélo déraillé (et non "re-raillable" puisque tout est caché, un grand classique) ; guidon dévissé (attention à vos dents !) ;  réglage de selle cassé ; vitesse ne passant pas ... Sans compter l'absence, statistiquement une fois sur deux, de freins corrects soit à l'avant soit à l'arrière. Dites-nous si on en oublie...

 

Pour l'anecdote, on peut aussi signaler avoir vu une selle qui casse net au niveau du manche en descendant d'un trottoir bas (une grave blessure évitée de justesse). Et puis bien sûr, les célèbres "pannes de station" : le système qui se reboote et plante, l'écran tactile en panne, etc. : on repart souvent très dépité d'une station qui paraissait pourtant parfaitement achalandée et même, on peut dire que s'il y a trop de vélos quelque part où il n'y en a habituellement pas, c'est suspect...

 

Le_Velo_3_-Marseille-_marseille-sympa_dot_com_s.jpg3) D’autres problèmes marseillais : horaires, répartition des stations

 

Marseille est la seule ville d'Europe où le service s’arrête la nuit (après minuit). Vous savez, la nuit ? Ce moment précis où il n’y a plus de bus/tram/métro, et où des vélos seraient si utiles… Ce moment où les gens sont le plus susceptibles d’être éméchés/enfumés, et seraient tellement moins dangereux sur un vélo qui les aiderait, en plus, à dégriser…Ce moment où les statistiques d'usage explosent à Paris et à Lyon !

 

Quant à la répartition des stations, elle répond à un plan bien plus large d’isolation des quartiers turbulents, plan mené depuis de longues années par les municipalités respectives. Ce n’est certes pas M. Decaux qui a décidé où mettre des stations. Ainsi, pas de station plus au nord que la Joliette, ce qui laisse une petite moitié de Marseille non desservie, la fameuse moitié qu’on préfère laisser chez elle. Coincidence ? Allons donc. En attendant, les quartiers nord étouffent, et les pauvres perdent leur temps, leur santé et leur argent dans des bagnoles, en essayant de gagner les zones centrales de travail, de commerce, de loisir...

 

Le_Velo_4_-Marseille-_blog_dot_topheman_dot_com_s.jpg4) Résultat de l’autopsie : le cadavre bouge encore, maintenu à l'état de légume

 

Des 50 000 abonnements espérés par l'opérateur en 2008 (mais jamais atteints), on plafonne en 2009 à 5300 abonnements longue durée et 1400 cyclistes à la semaine. Et le taux d'utilisation des VNPD en chute encore de 10 % entre 2008 et 2009. Autrement dit, c’est nullissime et de pire en pire (source, La Provence, 31.05.2010).

 

Après un effet de nouveauté, le système a déçu, et déçoit encore, les utilisateurs de vélos et de « Le Vélo » sont unanimes. Ceux qui faisaient déjà du vélo avant, en font toujours, et pas sur VNPD. Ceux qui ont essayé d’aller travailler régulièrement avec ont constaté que le service n’était pas fiable, et en sont revenus. Reste quelques usages de dépannage et touristiques : un bruit de fond d’usage, qui ne fera pas basculer Marseille du bon côté de la Force …

 

Et la situation a tout pour perdurer ! D'abord parce que la Ville de Marseille, faut-il le rappeler, s'en fout. Ensuite, parce que tant que M. Decaux pourra continuer à truster l’ensemble des emplacements légaux et illégaux d’affichage de publicité, il se fout pas mal de perdre de l’argent sur l’expérience Le Vélo, qui n’est pour lui qu’une petite contrepartie anecdotique. Il y a donc fort à parier qu'on verra encore longtemps les VNPD, ces pauvres créatures souffreteuses et mal fichues, hanter les fausses pistes cyclables de Marseille...

 

Marseille réussissant même à apparaître, c’est véridique, comme une ville « Bike-Friendly » sur une carte publiée dans « 20 minutes » en 2009, carte dont Strasbourg était par exemple exclue puisque cette ville ne propose QUE 450 km de pistes cyclables (6 fois plus qu’à Marseille pour une surface 3 fois plus petite ), mais PAS de Vélib.

 

Ca ne vous donne pas envie de casser quelque chose, à vous ? Nous, si, mais par pitié, pas un Vélib, peuchère, ils n'ont déjà pas la vie facile...D'ailleurs, après cette autopsie, voir aussi la dissection et l'épitaphe d'un Vélib' !

 Une brève pour finir : une pétition à signer pour obtenir enfin la mise en place nocturne du service Le Vélo à Marseille. 

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 14:10

Vélo'v à Lyon, Vélib' à Paris, V'Hello à Aix, Villo à Bruxelles, Bicloo à Nantes...

 

Quelle que soit la ville, les créatifs locaux (ou ceux de leur constructeur), avaient jusqu'à présent toujours réussi à inventer des jolis noms pour les VNPD (Vélos Nucléaro-Publicitaires Decaux).


Savez-vous pourquoi Marseille est la seule et unique ville qui n'ait pas su inventer un tel patronyme chantant ou poétique, et les ait appelés tout bêtement  "Le Vélo" ?

 

marseille-levélo


Eh bien, laissez-nous vous raconter cette anecdote...

Un beau jour des temps anciens, en juillet 2007 ou 2008, on ne sait plus, Monsieur le Grand Fermier de l'Etat, JC Decaux, s'en vint demander audience à la Cour, à Sa Majesté Gaudin le Premier, Edile de Marseille. Ceci dans l'intention de lui montrer et si possible de lui vendre, une bonne entourloupe publicitaire et onéreuse de son cru, déguisée sous la forme de vélos en location.


Or donc, intrigué par la forme étrange de cet objet qu'il n'avait jamais vu de sa vie entière, Notre Bon Maire s'écria spontanément , avec le naturel qu'on lui connait :


"Alors ça par exempleu, mon bon Monsieur Decaux, me direz-vous quelle est donqueu cette étrange invention ?
- Mais, euh, Monsieur le Maire, comment vous dire, ce n'est pas vraiment une invention... c'est juste un vélo !
- Un vé-lo, vous dîtes ?
- Certes, Monsieur le Maire.

 

Sa Majesté Gaudin le Premier, pensive, attrapa deux ou trois de ses mentons dans sa main, et réfléchit quelques instants devant l'étrange objet.

 

- Eh bien, puisque c'est ainsi, Nous l'appelerons... "Le Vélo" !

 

  Et fort heureux de son idée, Sa Suffisante Opulence signa le parapheur que lui tendait, courbé, le commerçant Decaux tout sourire...

 

Et c'est ainsi que les VNPD de Marseille se trouvèrent affublés de cet étrange et trivial patronyme...

Repost 0
Published by Collectif Cyclistes EnragéEs - dans Documents
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • Le blog de Collectif Cyclistes EnragéEs
  • : Le collectif des cyclistes marseillaisEs qui ne veulent plus être gentilLEs........... (Félicitations, insultes, contributions bienvenues : collectifcyclistesenrageEs[a]yahoo.fr)
  • Contact